Page d'accueil Actualités Congé paternité : conserver les réglementations sur mesure
Interlocuteur  Swissmem Swissmem
+41 44 384 41 11 +41 44 384 41 11 infonoSpam@swissmem.ch
Partager

Congé paternité : conserver les réglementations sur mesure

Actuellement, un congé paternité d’au moins deux semaines prescrit par l’État est discuté à Berne. Swissmem rejette ce congé et exige que les solutions actuelles des partenaires sociaux ou internes à l'entreprise soient maintenues.

Par Kareen Vaisbrot, membre de la direction (division Politique patronale)

Le débat a été lancé par une initiative qui demande un congé paternité de quatre semaines pour tous. Actuellement, la commission parlementaire responsable se penche sur le sujet. Cette dernière a proposé un contre-projet à l’initiative qui prévoit d’introduire un congé paternité de deux semaines plutôt que de quatre.

Swissmem refuse qu’un tel congé paternité prescrit par l’État soit inscrit dans la loi. Une extension décidée par la politique mettrait les entreprises industrielles face de grands défis organisationnels et financiers. Comme par exemple compenser de manière adéquate une absence aussi longue dans une entreprise qui travaille par équipe. Un congé paternité rigide ne tient pas compte des particularités de la branche et des entreprises et les empêche de trouver des réglementations adéquates.

Le meilleur moyen serait d'avoir des solutions sur mesure comme c'est déjà le cas aujourd’hui dans de nombreuses branches et entreprises. C’est pourquoi la convention collective de travail de l’industrie MEM comprend cinq jours de congé paternité payés plus un jour pour la naissance et va ainsi bien au-delà du minimum légal. Cette réglementation montre que les partenaires sociaux peuvent trouver une solution adéquate pour la branche.  Raison pour laquelle des interventions de l’État sont inutiles.

Swissmem exige du parlement qu’il conserve la flexibilité actuelle et renonce à un congé paternité prescrit par l’État. Les partenaires sociaux ou les entreprises doivent pouvoir le convenir sur mesure en fonction de la situation. C’est mieux que d’ordonner une durée fixe.

Articles associés