Page d'accueil Actualités Echange avec le ministre de l’économie Schneider-Ammann
Interlocuteur  Ivo Zimmermann Ivo Zimmermann
Chef de division Communication
+41 44 384 48 50 +41 44 384 48 50i.zimmermannnoSpam@swissmem.ch
Partager

Echange avec le ministre de l’économie Schneider-Ammann

Lors d'une rencontre la semaine dernière avec le conseiller fédéral Schneider-Ammann, le comité de Swissmem a présenté la situation de l'industrie des machines, des équipements électriques et des métaux (industrie MEM) et ses revendications. La surévaluation massive du franc suisse a encore accéléré cette année le changement structurel dans l'industrie. Afin que la place industrielle et intellectuelle suisse puisse rester concurrentielle, il faut éviter toute détérioration supplémentaire des conditions-cadres politico-économiques. C'est pourquoi Swissmem exige un remaniement de la politique pour renforcer une nouvelle fois l'attractivité de la place industrielle suisse. Le ministre de l'économie a confirmé qu'il allait continuer à s'engager en faveur des intérêts de l'économie exportatrice. Le conseiller fédéral est conscient des défis que cela implique pour l’industrie.

La situation de l’industrie des machines, des équipements électriques et des métaux (industrie MEM) reste tendue. Les chiffres trimestriels de l'industrie MEM publiés vendredi dernier le soulignent à nouveau. Les conséquences de la nouvelle surévaluation massive du franc suisse accélèrent encore le changement structurel. Pour bien des entreprises de la branche MEM, la question se pose de savoir comment pouvoir à l'avenir produire de manière économique sur la place industrielle suisse. 

A l'initiative du conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann a eu lieu la semaine dernière une rencontre avec le comité de Swissmem pour un échange de vues. Le ministre de l'économie tient à se faire une image de première main de la situation actuelle dans l'industrie MEM à l'aide d'entretiens directs avec les entrepreneurs et a présenté l’état d’avancement des diverses mesures du côté de la confédération. En tant qu'ancien entrepreneur et président de Swissmem, l'industrie MEM suisse lui tient toujours à cœur, a déclaré le conseiller fédéral Schneider-Ammann au début de la rencontre. En rapport avec la prise de position de Swissmem sur la force du franc, il a exposé l’état des travaux de mise en œuvre de la confédération quant aux diverses revendications de la branche. Il a assuré aux membres du comité de Swissmem présents qu'il était parfaitement conscient de la gravité de la situation et qu'il allait continuer à s'engager en faveur des intérêts de l'économie exportatrice aussi durant la nouvelle législature.

Ensuite, le comité de Swissmem a formulé en toute clarté les attentes à l'égard du gouvernement et du nouveau parlement. Selon les entrepreneurs, il faut dans un premier temps activer les leviers dans les trois domaines suivants pour éviter que l'attractivité de la place industrielle suisse ne se détériore encore davantage. 

1. Assurer les bilatérales et le libre-échange avec les marchés en expansion

La voie bilatérale avec l'UE doit absolument être poursuivie. L'Europe reste toujours le débouché de loin le plus important pour la branche. Ce qui implique une mise en œuvre favorable à l’économie de l’initiative contre l’immigration de masse. De plus, les États-Unis représentent le marché de croissance le plus important pour l'industrie MEM. L'Inde constitue également un marché d'avenir intéressant. Par conséquent, il est très important pour la branche MEM que la Suisse puisse participer à l'avenir au TTIP et conclure un nouvel accord de libre-échange avec l'Inde. Ceci profiterait aux PME qui ne produisent pas directement dans ces pays et maintiendrait des emplois en Suisse. Pour Swissmem, il est évident que la ratification d'un accord de libre-échange avec l'Inde ou qu'une participation au TTIP implique des concessions dans la politique agricole de la part de la Suisse. 

2. Pas de nouvelles réglementations ni de charges financières

Actuellement, toute une série de nouvelles réglementations et de taxes supplémentaires sont en préparation, qui risquent d'alourdir financièrement encore plus l'industrie. Il s'agit notamment de la prévoyance vieillesse 2020, de la stratégie énergétique 2050 et du projet de révision de la loi sur la protection de l'environnement. A cet égard, le comité de Swissmem compte sur une interruption immédiate de ces projets. Dans l'environnement actuel de la force du franc, de nouvelles charges pèseraient deux fois plus lourd.

3. Conserver le marché du travail libéral

Le marché du travail libéral constituait jusqu'à présent un des atouts majeurs de la Suisse. Des mesures d'accompagnement étendues aux accords bilatéraux, des règlements plus restrictifs pour la saisie du temps de travail ou l'introduction d'une « police des salaires » compliqueraient le travail administratif des entreprises et affaibliraient encore plus les avantages de la place industrielle. La politique est invitée à trouver des solutions permettant de préserver un marché du travail ouvert, libéral et flexible. 

Les membres du comité de Swissmem s'opposent à des subventions pour les entreprises et à une politique industrielle étatique. Toutefois, les entrepreneurs attendent de la politique qu'elle prenne au sérieux les revendications de l'économie exportatrice et entame un changement de cap majeur. Il n'est pas acceptable que le parlement et le gouvernement ne cessent de charger la place industrielle et ses emplois avec de nouvelles contraintes. Ce n'est que si les conditions-cadres restent favorables que la branche MEM pourra déployer son potentiel et que la place intellectuelle et industrielle pourra compter sur des perspectives à long terme. 

Zurich, le 25 novembre 2015

Pour tous renseignements :

Philippe Cordonier, responsable Suisse romande

Tél.: +41 21 613 35 85 / Portable + +41 79 644 46 77

E-mail: p.cordoniernoSpam@swissmem.ch

Ivo Zimmermann, chef Communication 

Tél.: +41 44 384 48 50 / Portable : +41 79 580 04 84

E-mail: i.zimmermannnoSpam@swissmem.ch