Page d'accueil Actualités Le réel soulagement ne dépend plus que d’une décision parlementaire
Interlocuteur  Stefan Brupbacher Stefan Brupbacher
Directeur
+41 44 384 42 16 +41 44 384 42 16 s.brupbachernoSpam@swissmem.ch
Partager

Le réel soulagement ne dépend plus que d’une décision parlementaire

Le fait que le franc suisse ne cesse de se renforcer affaiblit la compétitivité et les bénéfices des entreprises industrielles suisses. Ces dernières sont à nouveau contraintes d’augmenter leur productivité et de réduire fortement leurs coûts. Le parlement a la possibilité d’alléger la charge financière et administrative de l’industrie en supprimant les droits de douane sur les produits industriels. Compte tenu de la situation actuelle difficile, il pourrait ainsi faire preuve de son soutien et apporter une réelle amélioration des conditions-cadres pour la place économique suisse.

L’industrie suisse des machines, des équipements électriques et des métaux (industrie MEM) se trouve dans une situation difficile. Au cours de l’année dernière, les entrées de commandes et les chiffres d’affaires ont considérablement diminué en raison de la faible conjoncture mondiale. L’apparition du coronavirus nuit encore plus à l’activité économique dans le secteur industriel. En outre, la surévaluation du franc suisse par rapport à l’euro a augmenté de manière significative depuis le début de 2020. Par ailleurs, le dollar américain a également perdu une grande partie de sa valeur.

L’évolution défavorable des cours a un impact négatif sur la compétitivité et les bénéfices des entreprises MEM suisses. Après 2008 (crise financière et économique), 2010/11 (chute libre de l’euro et du dollar américain) et 2015 (suppression du cours plancher de l’euro), elles sont à nouveau contraintes d’augmenter leur productivité et de réduire fortement leurs coûts.

Dans cette situation difficile, il serait important que la politique montre sa volonté de vouloir soutenir l’industrie, ce qui renforcerait la confiance dans la politique et dans la place économique suisse. Le parlement a la possibilité, dans le cadre de la session actuelle, de supprimer les droits de douane sur les produits industriels est d’envoyer ainsi un signal correspondant. Malheureusement, les présages sont mauvais après que la Commission de l’économie et des redevances du Conseil national a décidé de ne pas donner suite à la proposition correspondante du Conseil fédéral.

L’industrie n’a pas besoin d’une protection douanière

Les droits de douane sur les produits industriels datent d’une époque où la Suisse produisait tout elle-même jusqu’à la dernière vis. Désormais, les chaînes de valeur se sont organisées au niveau international. Les pièces et composants des produits industriels sont livrés depuis tous les continents et traversent souvent la frontière suisse à plusieurs reprises jusqu’à ce que le produit final soit terminé. Dans ce processus de production, les entreprises dépendent des produits les plus avantageux possibles livrés par des sous-traitants étrangers. Les droits de douane ne font qu’augmenter les coûts d’acquisition et occasionnent une charge administrative inutile. Ils ralentissent la productivité et nuisent à la compétitivité des entreprises locales dans la concurrence mondiale.

La suppression des droits de douane sur les produits industriels réduirait de 125 millions de francs suisses par an les coûts d’approvisionnement pour l’industrie MEM à elle seule. Pour l’ensemble de l’industrie, la décharge s’élèverait à plus de 500 millions de francs et à plus de 100 millions au niveau de l’administration. Certes, la suppression des droits de douane réduirait les recettes fédérales. Toutefois, une étude réalisée par Ecoplan montre que ces pertes seraient plus que compensées par une baisse des coûts pour les entreprises, des prix plus avantageux pour les consommateurs, des économies dans l’administration des douanes et une meilleure compétitivité de l’économie. Par conséquent, même le département des finances et l’administration des douanes sont en faveur de cette proposition, soutenus par différentes associations industrielles et chambres de commerce.

Swissmem demande au parlement de donner suite à la proposition du Conseil fédéral et de supprimer les droits de douane sur les produits industriels, ce qui améliorerait considérablement les conditions-cadres. Compte tenu de la force du franc suisse croissante et de la faiblesse de l’économie mondiale, ceci serait un signal fort de soutien à l’industrie MEM suisse et à ses quelque 325 000 employés, ainsi qu’à la place économique suisse dans son ensemble.

Articles associés