Page d'accueil Actualités Entrées de commandes toujours fortement en recul pour l’industrie MEM ─ la...
Interlocuteur  Ivo Zimmermann Ivo Zimmermann
Chef de division Communication
+41 44 384 48 50 +41 44 384 48 50i.zimmermannnoSpam@swissmem.ch
Partager

Entrées de commandes toujours fortement en recul pour l’industrie MEM ─ la garantie de l’octroi de crédits est prioritaire

L’industrie suisse des machines, des équipements électriques et des métaux a été obligée de faire face à un fort recul des entrées de commandes au cours du 1er trimestre 2009 également. Tandis qu’avec 15,1% le recul au niveau du chiffre d’affaires fut encore assez modéré, la demande a chuté de 41,8% par rapport à l’année précédente. Nous nous attendons à une reprise au plus tôt en 2010. Swissmem tire la sonnette d’alarme en ce qui concerne des insuffisances de liquidité en particulier pour les PME et exige de reconsidérer le cautionnement. Par contre, Swissmem est plutôt sceptique en ce qui concerne un troisième programme de stabilisation étant donné qu’un endettement prolongé de l’Etat chargerait encore plus les entreprises à long terme.

Le recul des commandes et les obstacles à l’investissement, occasionnés par l’évolution économique globale, ont fortement touché l’industrie MEM suisse. Les entrées de commandes de l’étranger ont diminué au cours du premier trimestre 2009 de 43,6% par rapport à l’année précédente et les commandes suisses de 34,5%. Le recul des commandes enregistré déjà au cours des trimestres précédents a eu des conséquences négatives sur le chiffre d’affaires. En effet, les affaires avec l’étranger ont diminué au cours des trois premiers mois de l’année de 15,3%, tandis que le chiffre d’affaires généré en Suisse a baissé de 14,1% par rapport à 2008.

Au cours du 1er trimestre 2009, les exportations ont diminué non seulement sur les débouchés clés comme l’Allemagne (-22,6%), la France (-24,2%) et l’Italie (-29,9%), mais également dans les régions récemment encore en forte croissance comme l’Europe de l’Est, où les pertes se sont situées entre 20 et 50%. Nos débouchés importants comme la Chine (-4,4%), l’Inde (-14,7%), le Brésil (-4,3%) et les États-Unis (-13,3%) ont connu une évolution légèrement plus modérée, de sorte à ce que le recul des exportations comprenait globalement 19,1% au cours du premier trimestre 2009.

Evolution différente sur les marchés des produits

Au sein de l’industrie MEM, les sous-branches sont touchées de manière différente par la crise. Les secteurs de la métallurgie et de la construction de machines ont fortement été touchés et les exportations y ont diminué au premier trimestre de 34,3% et 23,1%. Alors que dans le domaine de l’électrotechnique/électronique (-15,6%) les reculs furent également significa-tifs, les exportations dans le domaine des instruments de précision ont égalé le niveau de l’année précédente (- 0,1%). Les chiffres d’exportation 2008 ont même été dépassés dans certains secteurs par rapport au trimestre corres-pondant de l’année passée : en effet, les instruments de technique médicale (+13,5%), turbines (+2,2%) ou les appareils pour la production d’électricité et les moteurs électriques (+5,7%) ont affiché une croissance au niveau du chiffre d’affaires.

La situation au niveau des commandes au cours des derniers mois a conduit au 1er trimestre 2009 à un sensible recul du taux d’utilisation des capacités de 5,2% pour atteindre désormais 82,8%. Certaines entreprises n’avaient par conséquent plus d’autre solution que de recourir au chômage partiel et de procéder à des premiers licenciements. Au cours du 1er trimestre 2009, le nombre de personnes occupées à plein temps a diminué de 1,5% et se situait à fin mars 2009 à 345'221 personnes.

Pour 2009, les entreprises de l’industrie s’attendent toujours à une situation économique difficile et à un chiffre d’affaires encore plus en recul. Une

reprise de l’économie réelle ne devrait se produire qu’en 2010.

Garantie de l’octroi de crédit

Pour de nombreuses entreprises exportatrices, aussi bien les PME que les grandes sociétés, l’accès au marché du crédit et du capital s’est compliqué. Bien qu’en principe l’octroi de crédit soit l’affaire des grandes banques et de la Banque nationale suisse (BNS), Swissmem exige de la Confédération qu’elle évalue si, en cas d’aggravation de la crise, il serait possible de réagir de manière adéquate au niveau de l’octroi de crédits. Ceci comprend également l’examen du cautionnement et de l’appel aux banques de ne pas entraîner les entreprises dans des difficultés encore plus graves en durcissant les conditions de crédit. Il est important que les entreprises puissent conti-nuer à investir dans l’innovation, l’amélioration des procédés et la formation de leurs employés aussi en période difficile.

Dans le cadre de l’augmentation des moyens pour la CTI (deuxième phase de stabilisation), un système de bons d’investissements particulièrement adapté aux besoins des PME a été élaboré. Cette possibilité a été fortement employée et les moyens à disposition (1 million de CHF) sont épuisés. Il est prévu, grâce à un transfert des moyens mis à la disposition par la Confédération à la CTI, de poursuivre ce genre d’effort.

Marché du travail et chômage des jeunes

Il n’est pas exclu que le chômage dépassera dans les prochaines années le seuil des 5% pronostiqué et que particulièrement les jeunes gens seront touchés. Ceci va fortement charger les institutions sociales et exiger des mesures supplémentaires de la part de la Confédération. Il est cependant de grande importance de maintenir l’esprit libéral du marché suisse du travail.

Malgré tout, Swissmem reste critique vis-à-vis d’une troisième phase de stabilisation de la Confédération qui augmenterait massivement les dépenses étatiques. La crise dans l’industrie MEM est en premier lieu une conséquence de l’effondrement des exportations et par conséquent des mesures de politique fiscale ne changeraient pas grand chose à la situation en Suisse. Par contre, Swissmem soutient des mesures de la Confédération permettant d’assurer les qualités innovatrices, la formation et l’infrastructure servant à une production suffisante et économique d’électricité et désamorçant la situation sur le marché du travail.

Zurich, le 26 mai 2009

Informations supplémentaires :

Ruedi Christen, chef Communication Swissmem

Portable : +41 (0)79 317 24 09

E-mail : r.christennoSpam@swissmem.ch  

Jonas Lang, Communication Manager Swissmem

Tél.: +41 (0)44 384 48 33

Portable : +41 (0)79 777 41 36

E-mail: j.langnoSpam@swissmem.ch