Page d'accueil Actualités «Faire confiance en nos qualités et saisir nos chances»
Interlocuteur  Ivo Zimmermann Ivo Zimmermann
Chef de division Communication
+41 44 384 48 50 +41 44 384 48 50i.zimmermannnoSpam@swissmem.ch
Partager

«Faire confiance en nos qualités et saisir nos chances»

Les conséquences toujours plus graves de la force du franc pour l’industrie d’exportation ont fortement marqué la Journée de l’industrie 2011 intitulée «L’industrie: notre avenir». Les intervenants invités, dont le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann et Hans Hess, prési-dent de Swissmem, ont souligné la grande importance de l’industrie pour toute l’économie et ont fait appel aux entrepreneurs présents afin qu’ils profitent pleinement de la force innovatrice de la Suisse et qu’ils saisissent les chances qui s’offrent à eux.

L’industrie des machines, des équipements électriques et des métaux (industrie MEM) constitue un pilier important de l’industrie suisse. Elle génère chaque année environ 9% du PIB suisse et occupe 330'000 personnes. L’industrie MEM exporte 80% de ses produits, dont deux tiers dans la zone de l’euro. La force du franc actuelle menace toujours plus l’existence de nombreuses entreprises MEM orientées vers l’exportation et donc également les places de travail concernées.


La Journée de l’industrie a été suivie par plus de 1'300 invités, dont 200 apprentis, écoliers et étudiants. Conscients des conséquences négatives de la force du franc pour l’industrie d’exportation, les intervenants invités ont discuté comment pouvoir dessiner l’avenir de l’industrie avec succès.


Formation, innovation et libre commerce; autant de chances pour l’industrie
Dans son discours, Hans Hess, président de Swissmem, a avant tout souligné les chances qui s’offrent à l’industrie. Selon lui, le niveau de qualité élevé des hautes écoles, le système de formation dual, la force d’innovation et la longue tradition commerciale de la Suisse constituent de véritables opportunités. «Afin que l’industrie puisse saisir ces chances, elle a besoin de suffisamment de jeunes gens ayant suivi une bonne formation en Suisse ou à l’étranger; d’un degré d’innovation élevé au sein des hautes écoles suisses ainsi que d’un transfert de savoir plus rapide et meilleur vers les entreprises. Nous avons également besoin d’un accès libre et illimité aux débouchés et marchés d’acquisition les plus importants dans le monde entier». Dans ce contexte, il a souligné l’importance des accords bilatéraux et particulièrement de la libre circulation des personnes avec l’UE. Il a également condamné les attaques de l’UDC sur la libre circulation des personnes et son idée de vouloir réintroduire le système de contingents pour étrangers. De plus, les politiques et partenaires sociaux devraient accepter finalement qu’il est impossible en période économique aussi difficile de risquer l’introduction de nouvelles taxes, de nouveaux règlements ou d’autres obligations coûteuses.


Monsieur Thomas Lindner, président de l’association allemande des constructeurs de machines et d’installations (VDMA), a souligné le rôle de l’industrie en tant qu’« industrie de développement », donc fournisseur de solutions. Il a notamment fait allusion aux énormes progrès et potentiels de l’industrie en matière d’amélioration de l’efficience énergétique. «Ce sont nos technologies de production efficaces qui concrétisent enfin les idées vertes et libèrent la croissance économique de la dépendance de la consommation d’énergie.»


Madame la professeure Ursula Keller de l’EPF a expliqué que les hautes écoles travaillent d’arrache-pied à des innovations. Cependant, il existe encore un grand besoin de rattrapage au niveau de la transformation de ces innovations en produits commerciaux. Dans son rapport, elle a proposé l’élaboration d’un programme servant à soutenir directement des projets d’innovation au niveau des PME, comme ceci est le cas aux États-Unis.  


Pour terminer, une table ronde a réuni Messieurs Manuel Aschwanden, Optotune, Michael Born, Dacuda AG et Andreas Wieland, Hamilton, qui ont tenté de répondre à la question de savoir quelles sont les conditions-cadres nécessaires pour les entreprises industrielles «Start-up» pour qu’elles puissent s’imposer avec succès.


Enthousiasmer les jeunes gens pour la technique
La jeunesse occupe chaque année une place particulière à la Journée de l’industrie. Plus de 200 écoliers, apprentis et étudiants ont profité de la mani-festation pour entrer directement en contact avec les représentants de l’industrie. Lors de la pause, 15 CEO d’entreprises de l’industrie MEM ont répondu aux questions des jeunes gens. Compte tenu de l’évolution démographique, l’encouragement de la relève prend de plus en plus d’importance. Hans Hess a demandé le soutien des parents, des représentants des écoles ainsi que des entrepreneurs. «Nous devons communiquer aux jeunes gens que ce sont les entreprises industrielles qui fournissent les solutions pour résoudre les problèmes de notre société, à savoir l’énergie le CO2, l’eau, la nourriture, etc. En effet, les jeunes gens préfèrent contribuer à la recherche de telles solutions que de transférer de l’argent d’un compte à l’autre.»


Informations supplémentaires:
Ivo Zimmermann, chef communication Swissmem
Tél.: +41 (0)44 384 48 50 / Mobile: +41 (0)79 580 04 84
E-mail: i.zimmermannnoSpam@swissmem.ch