Page d'accueil Actualités Industrie MEM: entrée des commandes toujours basse
Interlocuteur  Ivo Zimmermann Ivo Zimmermann
Chef de division Communication
+41 44 384 48 50 +41 44 384 48 50i.zimmermannnoSpam@swissmem.ch
Partager

Industrie MEM: entrée des commandes toujours basse

L’industrie suisse des machines, des équipements électriques et des machines s’est vue confrontée l’année passée à une situation fortement perturbée sur les marchés : les entrées de commandes ont été inférieures de 25% à celles de l’année précédente, les chiffres d’affaires ont diminué de 20,3%. Même si la marche des affaires a pu être stabilisée au 4ème trimestre 2009, l’environnement des marchés continue d’être tendu à bas niveau. Dans l’année en cours, il faut s’attendre à une évolution fortement différenciée selon les sous-branches.

Le résultat de l’année 2009 reflète la très basse activité des marchés dans différentes régions du monde : les entrées de commandes de l’étranger ont été inférieures de 27% à celles de l’année précédente, celles de Suisse ont diminué de 17,7%. Au 4ème trimestre 2009 s’est dessinée une stabilisation à bas niveau de la situation sur les marchés. Alors que les entrées de com-mandes de l’étranger pour les 290 entreprises de Swissmem participant à l’enquête étaient inférieures de 5,3% à celles de l’année passée, celles de Suisse diminuaient de 10,9%.

Les chiffres d’affaires des entreprises ont diminué de 20,3% par rapport à ceux de l’année passée, d’importants reculs ayant dû été constatés aussi bien en Suisse (-16,6%) qu’à l’étranger (-21,2%). Au 4ème trimestre 2009 aussi, la marche des affaires est restée timide ; c’est ainsi que les chiffres d’affaires en Suisse ont été inférieurs de 13,7% à ceux de l’année précé-dente, alors que les affaires avec l’étranger ont diminué de 19,7%. Les chiffres d’affaires trimestriels se sont ainsi situés au même bas niveau que pour la dernière fois en 2004.


Exportations fortement diminuées
Les exportations des entreprises de l’industrie MEM ont diminué de 20,8% par rapport à l’année précédente en raison de la situation difficile sur les marchés, le recul étant cependant un peu plus faible au 4ème trimestre 2009 (-13,1%). Ce sont particulièrement les exportations dans les marchés européens, qui représentent environ deux tiers de toutes les exportations de l’industrie MEM, qui ont fortement reculé (-23,3%). Cette évolution négative des affaires a encore été renforcée par le recul des exportations vers les USA (-21,7%) et vers l’Asie (-11,4%). Au 4ème trimestre 2009, les exportations vers l’Asie se sont presque situées au niveau de l’année précédente (-1,8%), alors que dans les pays européens on était encore très loin du niveau de l’année passée (-15,1%).


Grandes différences selon les branches et les marchés
Tous les secteurs de produits ont été marqués l’année passée par un recul. Celui-ci a été particulièrement frappant dans le domaine de la construction métallique (-31,3%) et de la construction de machines (-25,9%), alors que les sous-branches de l’électrotechnique/électronique (-16,2%) et des instruments de précision (-7,2%) ont été moins touchées. L’effondrement de la conjoncture mondiale, qui a suivi abruptement une phase de très haute production, a entraîné pour l’industrie MEM une forte baisse de l’utilisation des capacités en comparaison annuelle. Alors que celle-ci était de 86% en moyenne annuelle, elle était de 77,5% au 4ème trimestre 2009.


Perspectives incertaines
Les perspectives pour les affaires des prochains mois sont très incertaines. Même si de nombreuses entreprises estiment que la plupart des marchés européens se relèveront lentement et qu’elles attendent d’autres régions du monde aussi des impulsions économiques en légère hausse, on ne peut pas s’attendre à une amélioration rapide et durable. Les affaires, qui restent faibles en comparaison annuelle, les situations financières variables selon les pays et les entreprises, ainsi que l’évolution hétérogène des marchés continuent de représenter de gros défis exigeant de la souplesse de la part des entreprises.


24 mois et libre circulation des personnes
Dans ces conditions, il peut être judicieux pour certaines entreprises de continuer de recourir au chômage partiel. Swissmem soutient par conséquent la demande d’étendre la durée du chômage partiel à 24 mois. Une prolongation du chômage partiel permettrait à certaines entreprises de garder le personnel et le savoir-faire nécessaires dans la perspective de la reprise. Pour Swissmem, cela n’est pas en contradiction avec l’accord sur la libre circulation des personnes, qui simplifie pour les entreprises l’accès aux marchés européens et l’échange de personnel qualifié, facilitant par là l’échange de connaissances qui lui est lié. Comme le montrent des études, la libre circulation des personnes n’a pas contribué sensiblement au chômage, ni exercé de ponction sur les assurances sociales. Elle est un élément important du bien-être en Suisse. Pour Swissmem, la dénonciation et la renégociation de l’accord sur la libre circulation des personnes, réclamées notamment par l’UDC, ne représentent par conséquent pas la bonne voie.

Pour garantir la place industrielle suisse et pour rester concurrentiels, des assurances sociales saines sont nécessaires. C’est pourquoi Swissmem recommande un « OUI » le 7 mars 2010 pour un deuxième pilier solide.

Zurich, 23 février 2010


Pour tout renseignement :
Ruedi Christen, chef Communication, e-mail: r.christennoSpam@swissmem.ch,
Tél.: +41 (0)44 384 48 50 / Mobile: +41 (0)79 317 24 09