Page d'accueil Actualités Industrie MEM : évolution inquiétante
Interlocuteur  Philippe Cordonier Philippe Cordonier
Responsable Suisse romande
+41 21 613 35 85 +41 21 613 35 85p.cordoniernoSpam@swissmem.ch
Partager

Industrie MEM : évolution inquiétante

La situation de l’industrie suisse des machines, des équipements électriques et des métaux s’est fortement détériorée au cours du premier semestre 2019. Les entrées de commandes ont diminué de 12,5% par rapport à la même période de l’année précédente. Les chiffres d’affaires (-1,9%) et les exportations de biens (-1,0%) ont également diminué. Les risques actuels en politique économique se sont récemment accentués, ce qui a contribué à l’appréciation du franc suisse. En outre, l’économie s’affaiblit sur les marchés de vente les plus importants. Tous ces facteurs ternissent les attentes pour les mois à venir. Swissmem s’attend à ce que la demande continue à baisser. Pour autant qu’il n’y ait pas de bouleversement politique ou économique majeur, la stabilisation à un niveau inférieur est le meilleur scénario possible pour les douze prochains mois. Dans ce contexte, Swissmem demande au Conseil fédéral, au parlement et à l’administration de soutenir l’industrie par de meilleures conditions-cadres.

Au cours du premier semestre 2019, les entrées de commandes dans l'industrie MEM ont diminué de 12,5% par rapport au même semestre de l’année précédente. Le recul est particulièrement fort au cours du second trimestre 2019 avec 19,5% de commandes en moins par rapport au trimestre correspondant 2018. Toutefois, les entrées de commandes avaient atteint un niveau très élevé au cours des périodes précédentes. L’ampleur du recul est donc à considérer en tenant compte d’un certain effet de base. La baisse est tout de même considérable.

Le chiffre d’affaires a également diminué au premier semestre 2019. Il a baissé de 1,9% par rapport au semestre correspondant de l’année précédente. Si l’on considère les trimestres séparément, le premier affiche un recul de 1,1% et le deuxième de 2,6%. Ces baisses ne sont pas si fortes comparées aux entrées de commandes parce que les entreprises peuvent encore s’appuyer sur des commandes de l’année précédente. Les grandes entreprises et les PME sont concernées dans la même proportion par l’évolution négative. 

Le recul des entrées de commandes a affecté le taux d’utilisation des capacités de production dans les entreprises. Après avoir encore atteint la valeur élevée de 91,6% au cours du quatrième trimestre 2018, le taux d’utilisation des capacités de production a baissé au cours du premier trimestre 2019 à 89,3% et à 86,6% au cours du deuxième trimestre. Selon la dernière étude du KOF, le taux d’utilisation des capacités de production est tombé en juillet 2019 à 83,7%, ce qui est nettement inférieur à la valeur moyenne sur plusieurs années de 86,4%. Le nombre de collaborateurs dans l’industrie MEM a augmenté au cours du premier trimestre 2019 pour passer à 322 800 emplois. L’occupation est donc supérieure de 2,6% par rapport au trimestre correspondant de l’année précédente. Nous ne disposons pas encore des chiffres de l’emploi pour le premier semestre 2019. Swissmem ne s’attend toutefois pas à une nouvelle croissance de l’emploi dans les mois à venir en raison de la baisse des entrées de commandes et de l’utilisation des capacités. Au contraire, certaines entreprises ont déjà décidé de supprimer des emplois et de recourir au chômage partiel.

Baisse des exportations de biens

Au cours du premier semestre 2019, les exportations de marchandises de l’industrie MEM ont atteint une valeur de 34,5 milliards de francs. Ceci correspond à une baisse de 1,0% par rapport au semestre correspondant de l’année précédente. Dans les différentes catégories de produits, les exportations ont évolué différemment. Les exportations ont diminué dans la métallurgie (-6,2%), la construction de machines (-5,2%) et l’électrotechnique / électronique (-0,9%). Seules les exportations des instruments de précision ont progressé (+4,0%). La répartition par région montre une diminution des exportations de biens vers l’UE (-1,5%) et l’Asie (-2,6%). Par contre, les exportations de marchandises vers les USA ont continué de progresser (+5,1%).

Perspectives clairement assombries

La situation de l’industrie suisse des machines, des équipements électriques et des métaux s’est fortement détériorée au cours du premier semestre 2019. Les perspectives se sont encore plus assombries. Les risques existants, tels que les conflits commerciaux et monétaires mondiaux, un Brexit désordonné ainsi que les problèmes latents d’endettement dans certains pays de l’UE, se sont accentués. En raison de ces incertitudes, l’économie des principaux marchés de vente de l’industrie MEM s’est sensiblement affaiblie et les prévisions ont été constamment revues à la baisse. Tout ceci a eu pour conséquence que le franc suisse s’est de nouveau renforcé, ce qui a un impact négatif sur la compétitivité au niveau des prix des entreprises MEM. Stefan Brupbacher, directeur de Swissmem, déclare à ce sujet : « L’évolution récente de la situation est très préoccupante. Je m’attends à ce que la demande continue à baisser. Dans le meilleur des cas, on peut s’attendre à une stabilisation à un niveau plus bas au cours des douze prochains mois. À condition cependant qu’il n’y ait pas de bouleversements politiques ou économiques
majeurs ».

De bonnes conditions cadres : plus importantes que jamais

Face à cette évolution, les représentants de la politique doivent agir et soutenir l’industrie en Suisse. Hans Hess souligne : « Nous ne voulons pas de subventions. Mais nous voulons de meilleures conditions-cadres. Et nous avons enfin besoin d’éclaircissements sur les rapports avec l’UE. Je demande donc au Conseil fédéral, au parlement, aux partenaires sociaux, ainsi qu’à l’administration de ne pas continuer à ignorer les besoins de l’industrie d’exportation. Ce n'est qu’ainsi que l’industrie MEM peut continuer à avoir du succès à partir de la place industrielle suisse. Dans la situation actuelle, Swissmem a dressé une liste détaillée des exigences qui concerne les domaines de la politique intérieure et extérieure :

Politique de l’économie extérieure :

  • l’accord-cadre institutionnel avec l’UE doit être signé avant la fin octobre 2019. Il garantit un accès pratiquement sans obstacle au marché de vente le plus important.
  • Les accords de libre-échange avec l’Indonésie et le Mercosur doivent être ratifiés dès que possible. En outre, il faut saisir l’occasion d’un accord de libre-échange avec les États-Unis.

Politique intérieure :

  • la demande menace de s’effondrer. Afin de maintenir l’emploi, le délai d’attente pour le chômage partiel doit donc être ramené à un jour et la durée d’indemnisation doit passer de 12 à 18 mois.
  • malgré de gros efforts, l’industrie n’a pas encore été en mesure de compenser entièrement les pertes sur les marge et la substance des dernières années. Elle ne peut donc pas supporter des coûts salariaux indirects plus élevés. Il faut renoncer à une extension de l’état social (par exemple, le congé de paternité).
  • pour l’achat du nouvel avion de combat, une compensation offset à 100% est absolument essentielle. Cela ouvre des opportunités aux PME.
  • la formation continue est au cœur de la compétitivité future. Par conséquent, il faut que, dans le cadre du message FRI, suffisamment de moyens soient attribués aux divers projets lancés par plusieurs associations, tels que la « MEM-Passerelle 4.0 ».
  • l’innovation a toujours été et demeure la clé du maintien de la compétitivité. Donc, les fonds d’encouragement d’Innosuisse doivent être augmentés de 20 millions de francs par année et la propre participation cash des entreprises doit être supprimée. De plus, les moyens financiers pour le programme « Advanced Manufacturing » d’un montant de 80 millions de francs doivent être assurés dans le message FRI à venir.
  • des performances de haut niveau exigent des personnes de haut niveau. Dans certaines fonctions techniques et liées aux ITC, cependant, il y a un manque de spécialistes en Suisse. Par conséquent, les contingents pour les états tiers doivent être augmentés.

Lisez notre rapport trimestriel 2/2019 en Panorama

Pour tous renseignements :

Philippe Cordonier, responsable Suisse romande
Tél. +41 21 613 35 85 / portable +41 79 644 46 77
E-mail : p.cordoniernoSpam@swissmem.ch

Ivo Zimmermann, chef Communication
Tél. +41 44 384 48 50 / portable +41 79 580 04 84
E-mail : i.zimmermannnoSpam@swissmem.ch

 

Articles associés