Page d'accueil Actualités Industrie MEM : la reprise continue de se faire attendre
Interlocuteur  Ivo Zimmermann Ivo Zimmermann
Chef de division Communication
+41 44 384 48 50 +41 44 384 48 50i.zimmermannnoSpam@swissmem.ch
Partager

Industrie MEM : la reprise continue de se faire attendre

Les derniers chiffres relatifs à l’industrie des machines, des équipements électriques et des métaux montrent une image qui continue de n’être guère réjouissante. Au deuxième trimestre de 2013, les entrées de commande ont reculé de 4,3 % (ensemble du premier semestre : - 2,5 %). Les chiffres d’affaires ont certes légèrement augmenté au deuxième trimestre (+ 1,3 %), mais ont diminué de 1,3 % sur l’ensemble du premier semestre. Néanmoins, les attentes positives des entreprises concernant l’évolution future des commandes ainsi que la croissance de l’économie pour l’instant modérée dans notre principal marché l’UE font naître l’espoir d’un retournement de la situation au deuxième semestre.

L’évolution de l’industrie des machines, des équipements électriques et des métaux (industrie MEM) au premier semestre 2013 montre que la branche continue de subir une forte pression. En ce qui concerne les entrées de commandes, l’industrie MEM a dû enregistrer un recul de 4,3 % au deuxième trimestre 2013 par rapport à la même période de l’année précédente (ensemble du premier semestre 2012 : - 2,5 %). Les chiffres d’affaires ont certes légèrement augmenté au deuxième trimestre 2013 (+ 1,3 %), mais pour l’ensemble du premier semestre 2013 le recul des chiffres d’affaires a été de 1,3 %. Cette évolution touche aussi bien les grandes entreprises que les PME. Les exportations aussi présentent la même image : les exportations des produits de l’industrie MEM ont diminué de 1,5 % au premier semestre, mais les marchés n’ont pas évolué de manière uniforme. Les exportations ont diminué vers l’Asie (- 3,6 %) et l’Europe (- 0,9 %), mais elles ont en revanche augmenté de 1,7 % vers les USA. En raison des entrées de commandes durablement basses, l’utilisation des capacités n’a guère changé dans l’industrie et a persisté au deuxième trimestre 2013 au bas niveau de 82,8 % (premier trimestre : 82,2 %). Selon les derniers chiffres du KOF, elle est tombée en juillet à 82,1 %, ce qui est nettement inférieur à la moyenne sur plusieurs années de 86,1 %.

Si l’on considère l’évolution à long terme des indices des commandes et des chiffres d’affaires, on constate que l’industrie MEM stagne depuis 2009 en raison de la force du franc et de la faiblesse conjoncturelle des principaux marchés. Mais cela ne doit pas faire oublier que les entreprises ont fait d’énormes efforts ces deux dernières années pour rester compétitives au niveau international. Seule la reprise se fait encore attendre.

Espoir d’un retournement de la situation au deuxième semestre

Malgré la situation toujours difficile de l’industrie MEM, il y a des indices qui permettent un optimisme prudent. Ce qui est frappant, c’est que les entreprises de l’industrie MEM maintiennent leur évaluation généralement positive de l’avenir. A fin 2012 déjà, et au printemps de cette année, respectivement 42 % et 40 % des entreprises ont évalué positivement l’évolution future des commandes. Au deuxième trimestre 2013 aussi, ce chiffre était de presque 40 %. A l’autre extrémité de l’échelle, seules quelque 12 % des entreprises interrogées s’attendaient à une aggravation au niveau des commandes ces douze prochains mois. L’espoir d’un retournement de la situation est aussi alimenté par des entrées de commandes comparativement bonnes dans des branches typiquement cycliques de l’industrie MEM (machines textiles). 

Le PMI, un indicateur important de l’évolution future de l’industrie, a atteint en juillet 2013 avec 57,4 points le niveau le plus élevé depuis mai 2011. Il est ainsi nettement au-dessus du seuil de croissance. De plus, l’UE a enregistré au deuxième trimestre 2013 une croissance modérée pour la première fois depuis une année et demie. Avec une part aux exportations de 60 %, l’UE est de loin le plus grand marché de l’industrie MEM suisse. Une reprise économique de l’UE apporterait les impulsions de croissances souhaitées depuis longtemps à l’industrie MEM suisse fortement exportatrice.

Initiatives nuisibles

Ce n’est pas seulement dans la situation actuellement difficile que l’industrie a besoin de bonnes conditions cadres pour pouvoir s’affirmer sur les marchés internationaux. Il est regrettable que diverses organisations essaient de les torpiller par une série de démarches politiques (notamment les initiatives salaire minimum, 1:12, impôt successoral, Ecopop et immigration massive). La première décision importante tombera le 24 novembre 2013, quand le souverain suisse devra se prononcer sur l’initiative 1:12 des Jeunes socialistes. Une acceptation de cette initiative entraînerait une ingérence massive dans la liberté des entreprises. Selon un sondage parmi les entreprises membres de Swissmem, 91 % d’entre elles rejettent l’initiative – alors même que 82 % des entreprises ayant répondu ne seraient pas touchées directement par son acceptation. Elles sont contre l’initiative parce qu’elles ne veulent pas d’un dictat étatique sur les salaires (88 % des réponses) et qu’elles craignent un gros appareil administratif (81 % des réponses). Swissmem se battra avec force contre ces initiatives, qui menacent de nuire au modèle de succès suisse en agissant à courte vue et de manière imprudente.

Pour tous renseignements:

Ivo Zimmermann, chef Communication

Tél: +41 44 384 48 50 / mobile: +41 79 580 04 84

E-mail: i.zimmermannnoSpam@swissmem.ch

Philippe Cordonier, Responsable Suisse romande

Tél: +41 21 613 35 85 / mobile: +41 79 644 46 77

E-mail: p.cordoniernoSpam@swissmem.ch