Page d'accueil Actualités L’industrie MEM a passé une année difficile – pas d’amélioration en vue
Interlocuteur  Ivo Zimmermann Ivo Zimmermann
Chef de division Communication
+41 44 384 48 50 +41 44 384 48 50i.zimmermannnoSpam@swissmem.ch
Partager

L’industrie MEM a passé une année difficile – pas d’amélioration en vue

La force du franc a laissé des traces profondes dans l’industrie suisse des machines, des équipements électriques et des métaux (industrie MEM), surtout au deuxième semestre. Pour toute l’année, les entrées de commandes et les chiffres d’affaires ont stagné en comparaison avec l’année précédente. Les entreprises sont contraintes de prendre des mesures, même impopulaires, pour regagner leur compétitivité internationale. Une acceptation de l’initiative sur les vacances les affaiblirait dans ce combat et coûterait des emplois. De plus, la Suisse ne réussit pas encore à utiliser de façon optimale son potentiel d’innovation. Swissmem espère par conséquent que le souverain rejettera l’initiative sur les vacances le 11 mars 2012. Swissmem exige par ailleurs davantage de moyens pour l’encouragement à l’innovation.

L’année passée, la force du franc a complètement paralysé les tendances à la reprise dans l’industrie suisse des machines, des équipements électriques et des métaux (industrie MEM). Malgré un excellent premier trimestre, les entrées de commandes se situaient en 2011 légèrement au-dessous des valeurs de l’année précédente (-0,5 %). Au quatrième trimestre, la branche a même subi une chute des entrées de commandes (-18,6 %). Il faut cependant signaler ici un effet de base, le trimestre correspondant de l’année précédente ayant été supérieur à la moyenne. Malgré les entrées de commandes élevées fin 2010 et début 2011, les chiffres d’affaires de la branche n’ont crû que modérément l’année passée (+2,1 %). On a même enregistré un recul des chiffres d’affaires de 2,5 % d’octobre à décembre 2011.


Les exportations ont évolué comme les chiffres d’affaires. Elles ont augmenté de 1,4 % pour l’ensemble de l’année 2011, mais elles ont diminué de 4,1 % au dernier trimestre de 2011 par rapport à la même période de l’année précédente. Les marchés d’Asie (+6,0 %) et d’Amérique (+4,7 %) ont contribué à cette croissance modérée des exportations, alors que celles-ci ont diminué de 1,3 % vers l’UE, notre marché le plus important.

L’industrie MEM vit de sa substance

Ces chiffres ne sont pas une surprise. Ils reflètent les tendances de l’évolution de l’année écoulée. Depuis le recul qui a suivi 2008, l’évolution des chiffres d’affaires de l’industrie MEM a stagné. En moyenne, les chiffres d’affaires sont environ 25 % inférieurs au niveau d’avant la crise. La force du franc a rendu une croissance impossible et a contraint de nombreuses entreprises à des concessions massives sur les prix pour pouvoir encore décrocher des commandes. Dans la seule année 2011, les prix à l’exportation ont reculé de 4,1 %, ce qui a eu un effet direct et négatif sur les marges. Plus d’un tiers des entreprises de l’industrie MEM sont par conséquent tombées dans la zone des pertes opératives. De nombreuses sociétés vivent actuellement de leur substance et luttent pour leur survie.


Les conditions-cadres compromettent la compétitivité
Les entreprises ont réagi rapidement à la force du franc et pris tôt déjà des contre-mesures opérationnelles. Elles sont cependant de plus en plus contraintes d’appliquer des mesures sévères et impopulaires pour rétablir leur compétitivité. Il appartient maintenant à la politique aussi d’influencer les conditions-cadres de l’économie d’exportation pour qu’elle puisse améliorer sa compétitivité internationale. A l’heure actuelle, les prémices ne sont pas favorables :  


  • Si l’on considère l’évolution des coûts salariaux, la Suisse a subi depuis l’an 2000 des pertes de compétitivité considérables par rapport à des concurrents importants comme par exemple l’Allemagne. Au niveau mondial, la Suisse a les deuxièmes coûts du travail les plus élevés dans l’industrie. Sur ce point, l’initiative sur les vacances, dont l’acceptation augmenterait encore les coûts du travail, est parfaitement déplacée. Pour l’industrie d’exportation et le maintien de ses emplois, il est très important que le souverain rejette l’initiative sur les vacances le 11 mars 2012.


  • Selon le « Innovation Union Scoreboard » de la commission de l’UE publié début février 2012, la Suisse est pour la quatrième année consécutive le pays le plus innovateur d’Europe. Mais la Suisse ne réussit pas à exploiter son potentiel d’innovation de manière optimale. Dans le cadre des mesures spéciales contre la force du franc la Confédération a augmenté en 2011 le budget pour l’encouragement de l’innovation de la Commission de la technologie et de l’innovation (CTI) de 100 millions de francs. Par la suite, les entreprises ont déposé 1'064 demandes d’encouragement en collaboration avec les hautes écoles. Jusqu’à fin décembre 2011, la CTI a évalué 545 demandes, dont 246 ont été ap-prouvées. Le crédit supplémentaire était ainsi épuisé. Les 519 demandes restantes n’ont pas été traitées et ont été retournées à l’expéditeur. Un potentiel d’innovation de valeur s’est ainsi perdu.


Nécessité d’accorder plus de moyens à l’encouragement à l’innovation
L’industrie suisse doit aujourd’hui, outre l’augmentation de son efficacité et l’automatisation, mettre prioritairement l’accent sur les innovations pour avoir du succès au niveau international. Les conditions sont excellentes et les idées nous sont servies sur un plateau. Mais c’est la force de mise en pratique qui fait défaut. Dans l’intérêt de la compétitivité de l’industrie suisse d’exportation et de ses emplois, la Suisse doit exploiter de façon conséquente le potentiel d’innovation existant. Il s’agit de renforcer massivement l’encouragement au développement subsidiaire prêt à être appliqué. Swissmem présente par conséquent les revendications suivantes :


  1. Le budget de la CTI pour 2012 doit être augmenté de 50 à 100 millions de francs pour que tous les projets dignes d’être encouragés et qui n’ont pas été traités en 2011 puissent être réalisés.

  2. Dans le budget de base de la CTI doivent toujours être mis à disposition à l’avenir au moins 150 millions de francs par année uniquement pour des projets.

  3. La CTI a besoin  d’une nouvelle forme d’organisation offrant plus de souplesse et permettant un encouragement à l’innovation à long terme et durable.


Perspectives 2012
L’environnement économique difficile persistera. Tant que les Etats de la zone euro ne trouveront pas une voie crédible pour sortir de la crise de la dette, il ne devrait guère se produire un affaiblissement sensible du franc suisse. Le cours du franc ne se maintiendra ainsi que peu au-dessus de 1,20 en 2012, ce qui entraînera pour beaucoup d’entreprises de nouvelles diminutions des marges par rapport à 2011. A cela s’ajoute le fait que l’économie de l’UE, le principal marché de la branche MEM suisse, stagne ou recule même légèrement. Ces deux facteurs auront une influence négative sur l’industrie MEM en 2012. Selon la dernière enquête de Swissmem, une nette majorité des entreprises estiment qu’elles ne pourront pas créer de croissance en 2012.


Zurich, 23 février 2012
Pour tous renseignements :
Ivo Zimmermann, chef Communication
Tél.: +41 (0)44 384 48 50 / Mobile: +41 (0)79 580 04 84
E-mail: i.zimmermannnoSpam@swissmem.ch