Page d'accueil Actualités L’initiative «Economie verte» menace l’industrie suisse
Interlocuteur  Ivo Zimmermann Ivo Zimmermann
Chef de division Communication
+41 44 384 48 50 +41 44 384 48 50i.zimmermannnoSpam@swissmem.ch
Partager

L’initiative «Economie verte» menace l’industrie suisse

L’initiative «Economie verte» a pour objectif de diminuer de 65% la consommation des ressources. Sans ces dernières, l’industrie des machines, des équipements électriques et des métaux (industrie MEM) n’est pas en mesure de produire. Au cours des dernières années, elle n'a cessé d’améliorer considérablement l’utilisation efficace des ressources. L’approbation de l’initiative entraînerait une augmentation massive des prix des ressources et renchérirait considérablement la production industrielle. Pour éviter un tel désavantage par rapport à la concurrence, la production industrielle tournerait le dos à la Suisse, avec pour conséquence une perte d’emplois correspondante. Par conséquent, des entreprises renommées de l’industrie MEM suisse s’opposent explicitement à cette initiative.

Le 25 septembre, le peuple suisse devra se prononcer sur l’initiative «Pour une économie durable et fondée sur une gestion efficiente des ressources (Economie verte)» lancée par le parti des Verts. Elle exige que la Suisse réduise jusqu’en 2050 d’au moins 65% sa consommation actuelle des ressources. Pour le Conseil fédéral, cette initiative est «irréalisable». Swissmem rejette l’initiative pour les raisons suivantes:

  • Pour atteindre les objectifs fixés, l’initiative prévoit plusieurs mesures. La Confédération peut introduire de nouvelles directives pour les procédés de production, les produits et déchets ou des mesures fiscales ainsi que des taxes d’incitation sur la consommation des ressources naturelles. L’industrie MEM suisse ne peut pas produire sans consommer de ressources et serait donc fortement touchée par ces mesures restrictives.
  • L’initiative ignore le fait que la Suisse n’est pas une île. Aucun pays dans le monde entier ne se fixe un objectif comparable pour réduire sa consommation de ressources. Si la Suisse fait cavalier seul, la place industrielle se retrouvera fortement sous pression. Une augmentation massive des ressources conduirait à un renchérissement unilatéral de la production industrielle. La conséquence serait une délocalisation de l’industrie à l’étranger. En d’autres termes, l’initiative est extrêmement préjudiciable pour l'attrait de la place économique.
  • L’industrie MEM suisse contribue aujourd’hui déjà fortement à l’amélioration de l’utilisation efficace des ressources. Depuis 1990, l’industrie MEM a diminué son besoin en énergie de plus de 40%, tout en augmentant nettement sa création de valeur. Ce développement va se poursuivre à l’avenir de manière évolutive, c’est-à-dire dans le cadre de ce qui est raisonnable pour les entreprises et faisable en fonction des réalités du marché - et non par le biais de mesures de contraintes.
  • Pour atteindre le mieux possible l’idéal d’une économie globale la plus écologique possible, nous avons besoin de technologies. Avec ses technologies et innovations, l’industrie MEM suisse apporte une importante contribution en faveur d’une économie écologique durable. Pour que cela ne change pas à l’avenir, il faut que la place industrielle suisse reste compétitive au niveau international.

Le comité de Swissmem a décidé à l’unanimité de dire non à l’initiative «Economie verte». Les personnalités suivantes s’engagent contre cette initiative et en faveur de l'avenir de l’industrie en Suisse:

- Urs W. Berner, président & CEO, Urma SA

- Jürgen Dold, CEO Leica Geosystems SA

- Peter Fischer, délégué du conseil d'administration, Fischer-Reinach

- François Gabella, CEO, LEM International

- Siegfried Gerlach, CEO, Siemens Schweiz SA

- Claudia Gietz Viehweger, direction Gietz SA

- Hans Hess, président de Swissmem

- Urs Kaufmann, CEO, HUBER+SUHNER SA

- Christoph Lindenmeyer, président du conseil d'administration, Schindler Management SA

- Remo Lütolf, président de la direction d'ABB Suisse SA

- Carlo Mischler, CEO, Swiss Steel SA

- Philip Mosimann, président du CA Bucher Industries SA

- Bruno Müller, CEO, Müller Martini Marketing SA

- Urs Nussbaum, délégué du CA, R. Nussbaum SA

- Robert Reimann, CEO, Jakob Müller SA Frick

- Yves Serra, CEO, Georg Fischer SA

- Peter Spuhler, CEO, Stadler Rail

- Franziska Tschudi Sauber, CEO, WICOR Holding SA

- Hansruedi Wandfluh, ancien Conseiller national et directeur Wandfluh SA

Télécharger Communiqué aux médias (PDF)Pour tous renseignements:

Philippe Cordonier, responsable Suisse romande

Tél.: +41 21 613 35 85 / portable: +41 79 644 46 77

E-mail: p.cordoniernoSpam@swissmem.ch

Ivo Zimmermann, chef Communication

Tél.: +41 44 384 48 50 / portable: +41 79 580 04 84

E-mail: i.zimmermannnoSpam@swissmem.ch