Page d'accueil Actualités L’intégration des travailleuses/ travailleurs avec handicap en entreprise
Interlocuteur  Swissmem Swissmem
+41 44 384 41 11 +41 44 384 41 11infonoSpam@swissmem.ch
Partager

L’intégration des travailleuses/ travailleurs avec handicap en entreprise

Dans le cadre de ses activités relatives à la stratégie de la main d’œuvre qualifiée, Swissmem encourage les entreprises à diversifier leurs sources de recrutement. Lors du renouvellement de la convention collective, y a été intégrée la promotion des collaborateurs dans l’industrie MEM, avec une mention particulière pour les travailleuses et travailleurs en situation de handicap (Article 25.6 CCT). Les entreprises Caran d’Ache SA et TESA TECHNOLOGY nous font part de leur expérience.

L’intégration des personnes en situation de handicap est encouragée pour plusieurs raisons : la qualité de leur travail est reconnue, leur niveau de motivation remarquable et leur présence source d’ouverture et signe de l’engagement de l’entreprise vis-à-vis de sa responsabilité sociale. L’Office de l’assurance-invalidité œuvre pour offrir des stages d’intégration en entreprise ; à l’issue de ces quelques mois de stage, un recrutement peut être envisagé si les conditions sont réunies de part et d’autre.

Chaque jour, depuis plus de 10 ans, l’entreprise Caran d’Ache SA emploie une dizaine de personnes en situation de handicap dans sa manufacture à Thonex (GE). Ces personnes travaillent à l’emballage et l’étiquetage, et leur travail de qualité contribue au niveau d’excellence opérationnelle souhaitée et attestée de la production. Cette intégration est réalisée par le biais d’un mandat de services avec les Etablissements Publics pour l’Intégration (EPI).

L’entreprise TESA TECHNOLOGY, elle, a recruté ces dernières années plusieurs personnes au montage, peinture et usinage suite à des stages de réinsertion effectués en entreprise : 41 stages en 2017 avec 2 personnes recrutées ensuite, et 32 stages en 2018 avec 5 personnes engagées ensuite. Le Responsable RH de l’entreprise, Monsieur Frédéric Perrier, précise qu’« une personne peut par exemple être employée à 100% avec une reconnaissance de productivité de 50%, les 50% restants de son salaire étant soutenus par une rente AI. Il y a des suivis réguliers avec l’AI, et la qualité de la production peut ainsi être reconnue une fois l’objectif de productivité défini. Ni le travailleur avec handicap ni le superviseur ne sont soumis au stress d’un rendement qui s’avèrerait irréaliste, et la qualité est en principe au rendez-vous ».

Le niveau de motivation des personnes en situation de handicap est reconnu comme remarquable. Monsieur Perrier a déjà entendu des superviseurs regretter de ne pouvoir employer des travailleurs avec handicap « hors pairs et productifs ». Par expérience, « le niveau de qualité ne connaît pratiquement jamais de relâchement après l’engagement permanent, les travailleurs restant extrêmement investis » ajoute-t-il.

La présence des travailleurs/travailleuses avec handicap est source d’ouverture et signe de l’engagement de l’entreprise vis-à-vis de sa responsabilité sociale. Chez TESA TECHNOLOGY, la présence de stagiaires ou de nouveaux collègues a permis de construire une ouverture et une sensibilité par rapport au handicap. Il n’y a pas d’appréhension de la part des collaborateurs présents et l’accueil chaleureux est reconnu par les travailleurs avec handicap - ce qui rend d’ailleurs leur départ en fin de stage parfois difficile. Si la gestion des personnes en situation de handicap requiert la présence d’une personne responsable d’eux dans l’entreprise, il n’y a aucun souci managérial particulier.

Dans cette entreprise comme chez Caran d’Ache SA, la responsabilité sociale de l’entreprise est une valeur très importante. Monsieur Jean-François de Saussure, CEO de Caran d’Ache SA, insiste sur le fait que « cet engagement de Maison responsable (...) est une de nos valeurs-clé », que l’on constate depuis de nombreuses années à tous les niveaux dans l’entreprise, tout en maintenant une excellence opérationnelle d’une part, et une production locale maintenue qui permet une fabrication suisse d’autre part.

Swissmem salue l’engagement de ses entreprises membres et est pour sa part membre de Compasso, qui, en collaboration avec le Bureau fédéral de l’égalité pour les personnes handicapées (BFEH), lance en 2019 un grand projet portant sur l’égalité au travail : https://www.compasso.ch/fr/pour-une-entree-reussie-des-jeunes-en-situation-de-handicap-dans-le-monde-du-travail.htm.

En cas de question, la division Politique patronale se tient à la disposition des entreprises membres de Swissmem. Pour toute question Béatrice Martin-Flatin, cheffe de secteur Politique patronale (044 384 42 07 ou b.martin-flatinnoSpam@swissmem.ch) est à votre service.

Articles associés