Page d'accueil Actualités Pas d’amélioration de la situation en vue pour l’industrie MEM
Interlocuteur  Ivo Zimmermann Ivo Zimmermann
Chef de division Communication
+41 44 384 48 50 +41 44 384 48 50i.zimmermannnoSpam@swissmem.ch
Partager

Pas d’amélioration de la situation en vue pour l’industrie MEM

Les entreprises de l’industrie des machines, des équipements électriques et des métaux (industrie MEM) suisse ont affiché une légère croissance du chiffre d’affaires de 2,1% au premier trimestre 2012. Par contre, les entrées de commandes ont diminué par rapport à l’année précédente de 16,8%. La pression permanente élevée sur les marges ainsi que l’ambiance morose sur les marchés principaux, ne permet aucune relâche des efforts d’adaptation de la part des entreprises. Il faut éviter toutes charges financières supplémentaires qui mettent en péril la compétitivité des entreprises.

Comparées au niveau réjouissant des commandes lors du premier trimestre 2011, les entrées de commandes ont évolué négativement au cours des quatre derniers trimestres. Au cours des trois premiers mois de l'année en cours, les 290 entreprises Swissmem recensées ont accusé un recul de 19,1% des commandes de l’étranger tandis que les commandes intérieures étaient 9,6% inférieures à l’année précédente. En raison des modestes activités d’investissement dans les débouchés principaux, la majeure partie des entreprises ne s’attend pas à une progression des entrées de commandes.


Au cours du premier trimestre 2012, le chiffre d’affaires de l’industrie MEM dépassait de 2,1% celui enregistré le trimestre équivalent en 2011, sans oublier que le chiffre d’affaires positif généré en Suisse (+10,6%) compensait l’évolution négative à l’étranger (-0,5%). La stabilisation des entrées de commandes à un faible niveau devrait poursuivre l’évolution négative du chiffre d’affaires généré à l’étranger dans les mois à venir. La faible évaluation de l’euro – qui se situait au premier trimestre 2011 en moyenne à CHF 1.29 – exerce toujours une forte pression sur les marges. Par conséquent, Swissmem attend de la part de la Banque Nationale de défendre le niveau de l’euro à CHF 1.20 et d’analyser la possibilité de mesures supplémentaires visant à contrer la surévaluation du franc suisse.


Moins d’impulsions venant d’Asie

Alors qu’en début d’année 2011 on enregistrait encore de fortes impulsions des marchés asiatiques, celles-ci ne se sont pratiquement plus manifestées en début d’année 2012. Alors que les exportations vers le Japon sont restées stables au premier trimestre 2012, celles-ci ont fortement diminué sur les marchés importants tels que la Chine (-40 %), l’Inde (-18,1%) et la Corée du Sud (-16,3 %). Dans la comparaison sur plusieurs années, les exportations vers la Chine ont atteint un niveau moyen comparable à celui des années 2007 à 2009.


Le marché américain a évolué de manière positive au cours du 1e trimestre 2012 avec une croissance des exportations de 6,6%. En 2011, les entreprises ont livré moins de marchandises (-7,1 %) à l’UE, qui avec une part d’exportation de plus de 60 % reste le partenaire commercial le plus important de l’industrie MEM. Tandis que le recul des exportations vers un grand nombre de pays européens se comptait à deux chiffres, la diminution des exportations vers l’Allemagne, qui avec 27,6 % des exportations reste le débouché majeur de l’industrie MEM, a été relativement faible (-2,5 %). En raison de la politique d’austérité de nombreux états européens, le climat d’investissement n’a évolué que modestement. Les prévisions pour les marchés principaux de l’UE restent donc modérées. L’utilisation des capacités de l’industrie MEM se situait, avec 89,9 %, à un bon niveau au premier trimestre 2012 avant de retomber à 85,2 % au début du 2e trimestre 2012, mais en dessous de lamoyenne à long terme de 86,4%.


Situation incertaine: éviter des charges supplémentaires pour l’industrie
Des marchés en stagnation ainsi qu’une nette surévaluation du franc ont fortement augmenté la pression sur les entreprises de l’industrie MEM qui sont obligées de s’adapter aux nouvelles conditions. Des marges en baisse conduisant même à des pertes, forcent certaines entreprises à accentuer encore leurs efforts dans le domaine de l’innovation. Des gains d’efficacité, des réductions de coûts et des augmentations de la flexibilité supplémentaires sont indispensables au niveau commercial pour permettre aux entreprises de retrouver leur compétitivité. Par conséquent, Swissmem exige pour soutenir ces procédés:


  • de renforcer encore les activités d’innovation au niveau des hautes écoles et d’augmenter le budget CTI. A l’avenir, l’Agence pour l’innovation doit pouvoir disposer chaque année d’au moins 150 millions de francs, exclusivement pour des projets de développement avec l’industrie. De plus, la CTI a besoin d’une nouvelle structure d’organisation offrant plus de flexibilité et un encouragement de l’innovation durable.


  • La première série de mesures proposée par le Conseil fédéral pour mettre en oeuvre la stratégie énergétique 2050, prévoit une augmentation de la charge fiscale sur différentes sources d’énergie (taxe sur le CO2, rétribution à prix coûtant), ce que Swissmem refuse avec vigueur. Les augmentations de prix massives pour l’électricité ne feraient qu’aggraver les conditions-cadres pour l’industrie d’exportation suisse qui doit constamment s’imposer face à une forte concurrence internationale.


  • Il faut accorder une priorité élevée à la ratification des accords de libreéchange avec la Chine et l’Inde. Compte tenu de la faiblesse conjoncturelle probablement durable en Europe, un accès exempt de taxes douanières à ces marchés en croissance pour les entreprises MEM, est d'une importance vitale.

  • Il est déterminant de soigner les relations commerciales et politiques avec nos partenaires commerciaux les plus importants, notamment avec nos voisins européens du nord qui, pour les entreprises de la branche MEM, constituent des débouchés précieux malgré la crise de l’endettement actuelle. Dans ce contexte, l’initiative ASIN « Accords internationaux: la parole au peuple ! » est contreproductif car elle met en péril des emplois, affaiblit la position de la Suisse dans les négociations et nuit ainsi à une politique économique d’ouverture de la Suisse. Swissmem rejette l’initiative.


Zurich, le 24 mai 2012


Informations supplémentaires:
Ivo Zimmermann, chef Communication
Tél.: +41 (0)44 384 48 50 / portable: +41 (0)79 580 04 84
E-mail: i.zimmermannnoSpam@swissmem.ch