Page d'accueil Actualités Poser des jalons technologiques pour l’avenir
Interlocuteur  Ivo Zimmermann Ivo Zimmermann
Chef de division Communication
+41 44 384 48 50 +41 44 384 48 50i.zimmermannnoSpam@swissmem.ch
Partager

Poser des jalons technologiques pour l’avenir

En phases de revirement économique, il est tout particulièrement important de préserver les qualités de l’industrie et en même temps de se positionner pour l’avenir à l’aide de nouvelles technologies. Voici le ténor général déclaré par des représentants de la politique et de l’économie lors de la 3ème Journée de l’industrie Swissmem.

Parmi eux, le conseiller fédéral Pascal Couchepin et Günter Verheugen, commissaire européen chargé de l’Entreprise et de l’Industrie ainsi que Monsieur Wan Gang, ministre chinois de la technologie. Bertrand Piccard, dont le projet visionnaire du tour du monde en avion propulsé à l’aide d’énergie solaire est symbolique pour la coopération efficace entre l’industrie et les hautes écoles suisses, a appelé à faire preuve de courage pour de nouvelles approches dans la politique énergétique.

Des perspectives à long terme sont tout particulièrement demandées en période économiques difficiles : «Gouverner c’est prévoir» a déclaré Johann Schneider-Ammann, président de Swissmem, dans son discours d’ouverture, tout en insistant sur le fait de bien être positionné pour gérer toutes les évolu-tions sur le marché, même en situation de crise. Si la situation devait encore s’aggraver, il serait sage de débattre très tôt déjà le sujet de l’octroi de crédit et d’être prêt en cas d’un éventuel échec des différentes formes de finance-ment. Le fonds de dépannage évoqué dans ce contexte par Swissmem ne doit pas être perdu de vue. Johann Schneider-Amman ajouta : « Je serais plus qu’heureux, si nous devrions jamais avoir recours à cet instrument ».

Aujourd’hui il s’agit avant tout de préserver le savoir-faire de la place indus-trielle suisse. La situation ne sera plus la même après la crise. « Profitons de la situation pour nous repositionner et pour développer nos produits à la mesure des besoins du marché » a déclaré Johann Schneider-Ammann. «Je me tromperais fortement si la demande du marché ne s’orientera alors pas vers des produits écologiques et durables.»

En présence de plus de 250 apprentis et étudiants, Pascal Couchepin, minis-tre de l’éducation, a évoqué l’importance des écoles polytechniques fédéra-les. Il visita la veille de la Journée de l’industrie, en compagnie du ministre chinois de la science et de la technologie, Monsieur Wan Gang, l’EPF de Zurich et s’est rendu à l’institut de recherche Fawag pour se faire une image des prestations d’innovation suisses dans le domaine de la recherche hydraulique.

Günter Verheugen, vice-président de la commission européenne pour l’industrie et les entreprises, a expliqué l’importance de l’industrie globale pour la prospérité en Europe. Pour sa part, le professeur Jürgen Mlynek, président de la « Helmholtz Gemeinschaft Deutschland », a souligné l’importance de la recherche fondamentale orientée vers la pratique, tout particulièrement en période de crise. Jürgen Mlynek se prononce en faveur de la «culture de l’élégance de l’efficience énergétique » et place l’homme au centre de l’intérêt: «Ce ne sont pas seulement les innovations qui unissent l’économie et la science. Les deux dépendent des hommes – de leurs talents, idées et engagement».

La veille du premier vol d’essai de son projet « Solar Impulse », ayant pour objectif de faire le tour du monde à l’aide d’un avion propulsé exclusivement à l’aide d’énergie solaire, Bertrand Piccard a parlé des défis de son projet qui ne peuvent être relevés que si les limites technologiques actuelles sont re-poussées. La tentative de record constitue une aventure scientifique et ne peut être réalisée qu’à l’aide d’une coopération fructueuse entre les hautes écoles et l’industrie. Parallèlement, Bertrand Piccard a l’intention de poursui-vre l’histoire des inventions couronnées de succès et de prouver que les nouvelles technologies peuvent contribuer à un développement durable.

Lors du débat de fin de journée, des représentants de la science et de l’industrie ont discuté de manière controversée la synergie entre la formation et les technologies modernes. Franziska Tschudi, CEO WICOR, a souligné que dans l’optique des entrepreneurs non seulement la faisabilité technique est importante, mais également les besoins du marché. Il s’agit de constam-ment poser les bonnes questions et de ne pas fermer les yeux devant la réalité.

Zurich, le 25 juin 2009

Informations supplémentaires :

Ruedi Christen, Chef communication

Tél.: 044 384 48 50 / portable 079 317 24 09

E-mail: r.christennoSpam@swissmem.ch

Jonas Lang, Communication Manager

Tél.: 044 384 48 33 / portable:079 777 41 36

E-mail: j.langnoSpam@swissmem.ch