Page d'accueil Actualités Recul des commandes en raison de la force du franc
Interlocuteur  Ivo Zimmermann Ivo Zimmermann
Chef de division Communication
+41 44 384 48 50 +41 44 384 48 50i.zimmermannnoSpam@swissmem.ch
Partager

Recul des commandes en raison de la force du franc

Suite à la force du franc, la situation s’aggrave encore pour l’industrie des machines, des équipements électriques et des métaux (industrie MEM). La pression sur les prix d’exportation et donc sur les marges des entreprises a encore augmenté. Pour la première fois depuis 15 mois, la tendance de croissance au niveau des entrées de commandes a basculé dans le négatif au cours du deuxième trimestre 2011. De plus, la conjoncture globale commence à boiter. A court terme, seul un net affaiblissement du franc suisse pourra soulager l’industrie MEM. Swissmem salue les mesures prises par la Banque nationale suisse et l’intervention du Conseil fédéral.

Les conséquences négatives de la surévaluation massive du franc suisse sont désormais également perceptibles dans les statistiques. Après cinq trimestres avec des entrées de commandes à la hausse, ces dernières ont fléchi de nouveau au cours du deuxième trimestre 2011 dans l’industrie MEM. Par rapport à la même période en 2010, le recul se situe à 2,6%. De janvier à mars 2011, elles avaient encore augmenté de 27,3%. Globalement, nous enregistrons une augmentation de 11,6% des entrées de commandes au cours du premier semestre de cette année.


Selon les attentes, le chiffre d’affaires a augmenté dans le premier semestre en raison de la bonne réserve de commandes. Toutefois, avec un chiffre favorable de 3,7%, cette augmentation n’a été que modérée. La raison à cela se trouve dans l’augmentation de la pression exercée depuis des mois déjà sur les prix d’exportation qui ont diminué au cours du deuxième trimestre de 4,9% en moyenne. Désormais, les prix d’exportation sont à la baisse depuis dix trimestres déjà. La pression sur les marges des entreprises n’a cessé d’augmenter au cours de cette période.


Les attentes commerciales des entreprises démontrent également que la situation s’aggrave toujours plus dans l’industrie MEM. Alors qu’au cours du premier trimestre 13,9% des entreprises étaient pessimistes pour les 12 mois à venir, ce chiffre a désormais doublé au cours du deuxième trimestre (27,8%).


Les chiffres actuels de la branche MEM, les attentes brouillées des entreprises ainsi que le refroidissement conjoncturel global, sont des indices que l’industrie va connaître des mois difficiles dans le proche avenir.


Swissmem salue les mesures de la BNS et du Conseil fédéral
A court terme, seul un net affaiblissement du franc suisse pourra soulager l’industrie MEM. Si cela n’est pas le cas, alors bien des entreprises devront prendre des décisions tranchantes dès l’automne. Le risque n’est autre qu’une perte importante de la valeur industrielle en Suisse. Par conséquent, Swissmem est très favorable aux interventions de la Banque nationale suisse (BNS) visant à affaiblir le franc suisse. Swissmem attend de la BNS qu’elle poursuive la voie entamée avec toute conséquence et qu’elle durcisse, si nécessaire, son intervention.


Une situation aussi extraordinaire justifie, du point de vue de Swissmem, des mesures d’urgence uniques, temporairement limitées et ciblées. Il est prévu à l’aide de ces mesures de soulager les entreprises dont l’existence est en péril en raison de la force du franc. Swissmem attend du groupe de travail mis en place par le Conseil fédéral de prévoir une partie de ce train de mesures pour des interventions efficaces à court terme.


Et encore, il s’agit d’améliorer les conditions cadres pour l’industrie, bien qu’à court terme cela ne va rien changer à la force du franc. A moyen et à long terme cependant, ceci contribuera à augmenter l’attrait de la place indus-trielle suisse. De ce fait, Swissmem soutient les intentions fondamentales du Conseil fédéral visant à améliorer les conditions cadres pour l’économie. Il est prévu d’encourager tout particulièrement les activités d’innovation, d’engager des mesures contre la situation d’îlot de cherté que représente la Suisse et de diminuer les taxes et les coûts administratifs.


Swissmem exige que les gains de change soient entièrement répercutés par les importateurs à l’industrie, au commerce et aux consommateurs.


Contre une restriction de la libre circulation des personnes
Afin de pouvoir compenser les pertes sur les marges, l’industrie suisse doit s’investir dans l’innovation. Ceci n’est possible qu’à l’aide de spécialistes qualifiés, qui manquent en toujours plus grand nombre en Suisse. Le marché du travail suisse n’est plus en mesure de satisfaire la demande. Donc, la libre circulation des personnes avec l’UE est indispensable pour l’industrie. Elle permet d’accéder au marché du travail européen et donc de recruter les spé-cialistes nécessaires.


Une enquête actuelle effectuée par Swissmem auprès de ses entreprises membres confirme que le problème du manque de spécialistes est urgent.


  • 69% des entreprises MEM ont indiqué de n’avoir pas suffisamment de spécialistes. Pour les entreprises occupant plus de 250 personnes, ce chiffre se monte même à 78%.


  • 60% des entreprises confirment que le manque de spécialistes menace leur compétitivité. Ceci est même le cas pour 67% des entreprises de plus grande taille.


Les résultats de l’enquête prouvent que les entreprises MEM recherchent avant tout des personnes hautement qualifiées dans la zone de l’UE. Plus de deux tiers des entreprises recensées recrutent des personnes titulaires de diplômes d’hautes écoles ou de formation spécifiques sur le marché du travail européen.


L’attaque sur la libre circulation des personnes menace donc la compétitivité de l’industrie suisse. Par conséquent, Swissmem s’oppose à l’initiative « Contre l’immigration de masse » de l’UDC.


Zurich, 24 août 2011


Informations supplémentaires:
Ivo Zimmermann, chef Communication
E-mail: i.zimmermannnoSpam@swissmem.ch

Tél.: +41 (0)44 384 48 50 / Mobile: +41 (0)79 580 04 84