Page d'accueil Actualités Swissmem rejette de manière véhémente l’initiative sur l’interdiction d’exporter...
Interlocuteur  Ivo Zimmermann Ivo Zimmermann
Chef de division Communication
+41 44 384 48 50 +41 44 384 48 50i.zimmermannnoSpam@swissmem.ch
Partager

Swissmem rejette de manière véhémente l’initiative sur l’interdiction d’exporter du matériel de guerre

Un « oui » à l’initiative « Pour l’interdiction d’exporter du matériel de guerre » aurait des conséquences fatales pour la place industrielle suisse. Après la perte de 17'000 emplois déjà, l’initiative du GSsA menace 10'000 autres places de travail. Swissmem rejette l’initiative avec véhémence ! Voici le message donné le 10 novembre devant les médias par des représentants d’entreprises directement concernées.

« En cas d’acceptation de l’initiative du GSsA, Vibro-Meter SA devrait délocaliser l’ensemble de sa production de biens militaires spécifiques. Afin d’éviter des doublons il serait nécessaire d’en faire de même pour les produits civils, bien qu’ils ne soient pas concernés par l’interdiction d’exporter ». C’est avec ces paroles nettes que Peter Huber, directeur général de Vibro-Meter SA à Fribourg, a mis en garde contre l’acceptation de l’initiative «Pour l’interdiction d’exporter du matériel de guerre». Selon Peter Huber, les fabricants d’avions ne pourraient plus signer de nouveaux contrats avec les fournisseurs de biens destinés à la production civile. Cela toucherait environ 500 places de travail ce qui signifierait à long terme probablement la fin de l’entreprise fribourgeoise.  

Markus Kälin, Senior-Assistant du CEO chez Pilatus Aircraft Ltd. à Stans, partage cette position. Comme déclaré lors de la conférence aux médias d’aujourd’hui, Pilatus Aircraft Ltd. devrait abandonner le commerce avec les avions et systèmes d’entraînement. Ceci aurait pour conséquence qu’environ 40% des employés devraient arrêter leurs occupations à Stans. Pour être plus précis, ceci concernerait environ 500 places de travail. De plus, Markus Kälin est persuadé que les coûts de soutien en faveur de l’armée suisse augmenteraient massivement. Finalement, il ne pense pas qu’une conversion en nouvelles technologies soit possible à court terme étant donné que le savoir-faire, les technologies et les machines ne sont pas disponibles. «Nous avons besoin d’au moins une décennie pour développer des nouveaux produits de pointe compétitifs sur les marchés internationaux» déclarait Markus Kälin aux médias.

La société Rheinmetall Air Defence à Oerlikon estime également que la si-tuation est grave. Selon son responsable « Operations » Arthur Senn, envi-ron 820 emplois et 80 places d’apprentissage sont à la merci de l’initiative. Pour Arthur Senn il est évident que l’entreprise devrait délocaliser sa production à l’étranger.

Toni J. Wicki, membre du conseil d’administration chez RUAG Holding AG partage l’avis de ses collègues. Chez RUAG se sont au moins 2'000 places de travail menacés par l’initiative. Toni J. Wicki craint que RUAG et toute l’industrie Suisse perdent ainsi leur crédibilité et que suite à une décision politique les bons rapports commerciaux de longue date soient avortés d’un coup. «L’initiative nuit à la réputation de toute l’industrie suisse». Finalement, l’initiative touche également l’approvisionnement technique professionnel de l’armée et met en question la sécurité de notre pays.

Pour Johann N. Schneider-Ammann, président de Swissmem, un « oui » à l’initiative du GSsA signifierait que « l’industrie suisse de défense et de sécurité serait complètement privée du jour au lendemain de l’accès aux marchés étrangers». Le président de l’association industrielle la plus importante de Suisse est également de l’avis que le marché suisse n’est pas suffisamment important pour permettre à l’industrie de défense et de sécurité suisse de produire avec bénéfice. «Une interdiction d’exporter supprime tout simple-ment la base existentielle aux entreprises concernées». En période de crise économique, qui a déjà coûté plus de 17'000 emplois, ceci aurait la conséquence fatale d’une suppression supplémentaire de 10'000 places de travail.

Johann N. Schneider-Ammann est persuadé que les lois en vigueur aujourd’hui suffisent amplement pour éviter l’usage abusif de matériel de guerre fabriqué en Suisse. Des cas isolés d’abus ne justifient pas une interdiction totale. Par conséquent Swissmem rejette avec véhémence l’initiative du GSsA.

Documentation:

Vibro-Meter SAPilatus Aircraft Ltd.Rheinmetall Air DefenceRUAG Holding AG

Informations supplémentaires:
Ruedi Christen
Chef Communication Swissmem
Tél.: +41 (0)44 384 48 50
Portable: +41 (0)79 317 24 09
E-mail: r.christennoSpam@swissmem.ch