Page d'accueil Actualités La réforme de la prévoyance vieillesse s’impose depuis longtemps : il faut…
Interlocuteur  Kareen Vaisbrot Kareen Vaisbrot
Cheffe de division Politique patronale
+41 44 384 42 03 +41 44 384 42 03 k.vaisbrotnoSpam@swissmem.ch
Partager

La réforme de la prévoyance vieillesse s’impose depuis longtemps : il faut rééquilibrer l’AVS maintenant !

Les citoyens suisses voteront le 25 septembre sur l’AVS 21. La réforme exige des mesures pour rééquilibrer l’AVS à moyen terme également. Elle s’impose puisqu’il n’y a plus eu de réforme de la prévoyance vieillesse depuis 1997. Un oui à l’AVS 21 assure le niveau des rentes pour les 10 prochaines années. Pour l’industrie, la réforme est capitale.

L’évolution démographique et économique entravent toujours plus le financement de l’AVS. Au cours des 10 prochaines années, les générations du baby-boom partiront à la retraite.  Non seulement le marché du travail perd plus de travailleurs qu’il n’en reçoit, mais en plus l’AVS est mise à rude contribution. L’espérance de vie croissante de notre société et donc la durée de versement prolongée des rentes AVS constituent un énorme défi pour le financement des rentes.

L’AVS est l’œuvre de générations

Lorsque l’AVS a été introduite en 1948, le processus de répartition fonctionnait de manière impeccable. D’une part, l’espérance de vie et donc la durée du versement des rentes étaient nettement inférieures et d’autre part, six personnes actives finançaient un ou une retraité/e. L’évolution démographique et le nombre en baisse constante des naissances ont donné lieu à la situation actuelle où seulement trois personnes actives doivent permettre de subventionner une rente. Comparée à 1948, l’espérance de vie a augmenté de huit ans alors que l’âge de la retraite général est resté inchangé. 

À partir de 2020, les premières années du baby-boom arrivent à la retraite. Au cours des prochaines années, le nombre des retraités augmentera d’un million. Il n’y a encore jamais eu autant de personnes à la retraite qui manquent donc sur le marché du travail. 

Ce qui a pour conséquence que les rentrées ne suffisent plus à financer les rentes en cours. Les déficits annuels augmentent rapidement et s’élèveront à 28 milliards en 2032. Pour financer ces dépenses, il faut puiser dans les réserves du fonds AVS. Sans réforme, l’état du fonds AVS diminuera de moitié en 10 ans. Le degré de couverture serait problématique et s’élèverait à 40%.

Grâce aux deux milliards de francs injectés par le biais du projet AVS-fiscalité en 2019, l’AVS garde financièrement la tête hors de l’eau jusqu’en 2024 compris. Mais à partir de 2025, il faut compter avec le fait que le résultat de répartition sera à nouveau négatif et qu’il diminuera chaque année de 5 milliards de francs jusqu’en 2032. Afin que les générations futures puissent encore profiter de l’AVS qu’elles ont financée, des mesures structurelles sont nécessaires en plus des mesures au niveau des prestations et des coûts pour assainir l’AVS de manière durable et la rééquilibrer. 

Sans ces mesures, le contrat entre les générations sera en péril ! L’AVS21 est une étape importante dans la bonne direction et constitue la base pour d’autres réformes qui garantiront l’AVS pour les prochaines générations.

Âge de la retraite flexible, plus de main d’œuvre spécialisée

Vu l’horizon temporel restreint, il est indispensable que l’AVS soit révisée le plus rapidement possible et que les nouvelles mesures prévues soient mises en place à partir de 2024 ! Il faut saluer le fait qu’en plus de l’uniformisation de l’âge de la retraite à 65 ans, le moment de la prise de la retraite est assoupli. Cet assouplissement permet un passage à la retraite en douceur du fait que la retraite peut être librement prise entre 63 et 70 ans. La prise de la retraite peut donc être adaptée individuellement en fonction des propres besoins. Avec la possibilité de continuer à travailler après la retraite, les éventuelles cotisations manquantes du début peuvent être compensées et la rente de vieillesse améliorée.

Ce qui incite à travailler plus longtemps et à contrecarrer le manque notoire de main d’œuvre spécialisée comme c’est le cas dans l’industrie (et dans d’autres branches). Toutefois, il faut encore d’autres avantages en particulier fiscaux pour que les personnes continuent à travailler après avoir atteint l’âge de la retraite dans le but de contrecarrer le manque de main d’œuvre spécialisée. Le site de production qu’est la Suisse s’en voit ainsi renforcé de manière durable.

La réforme AVS jouit d’un large soutien

L’AVS 21 a été acceptée en décembre 2021 par le parlement. Les partis de gauche et les syndicats ont lancé un référendum.  Malgré ces voix opposées, la réforme de l’AVS jouit d’un large soutien. En plus des partis bourgeois et des partis politiques du centre, la réforme est aussi soutenue par les associations faîtières les plus importantes de l’économie, par l’organisation patronale suisse, l’Union suisse de arts et métiers et economiesuisse.

Lors de la votation du 25 septembre, il est important que les deux projets concernant l’AVS21 soient adoptés. Le second projet concerne l’augmentation de la TVA. C’est pourquoi, je dis clairement 2x oui à cet important projet et à ce jalon pour rééquilibrer nos rentes.

Cet article, vaut-il la peine d'être lu ?

Articles associés