Page d'accueil Actualités Interview de Peter Dietrich sur la décision du Conseil fédéral concernant la…
Interlocuteur  Swissmem Swissmem
+41 44 384 41 11 +41 44 384 41 11 infonoSpam@swissmem.ch
Partager

Interview de Peter Dietrich sur la décision du Conseil fédéral concernant la clause de sauvegarde

Peter Dietrich, quelle est la position de Swissmem concernant l’application de la clause de sauvegarde par le Conseil fédéral?

Fondamentalement, Swissmem s’oppose à la réintroduction des restrictions pour la main-d’œuvre originaire des pays membres de l’UE/AELE. Pour l’industrie, la libre circulation des personnes s’est avérée très positive. En tenant compte des considérations politiques, Swissmem peut vivre avec l’activation de la clause de sauvegarde. L’effet réel de la clause de sauvegarde est encore incertain et dépend de la pression d’immigration effective.


Que signifie «considérations politiques»?
Swissmem reconnait que la forte immigration provoque certaines craintes dans la population, qu’il faut prendre en considération. Dans ce contexte, l’activation de la clause de sauvegarde est préférable à la contestation en soi de la libre circulation des personnes.


Comment Swissmem estime-t-elle les conséquences pour les relations avec l’UE?
Pour l’industrie MEM, l’UE est de loin le débouché le plus important (part à l’exportation 2011: 60%). Il est donc particulièrement important pour l’industrie suisse d’entretenir de bons rapports avec l’UE. Dans une première réaction, Catherine Ashton, ministre des affaires extérieures de l’UE, considère cette me-sure comme une violation de l’accord sur la libre circulation des personnes qui exclue toute discrimina-tion. Cette position n’est pas surprenante et affecte la relation avec l’UE.


Que pense Swissmem de la loi fédérale sur l’adaptation des mesures d’accompagnement relative avec la libre circulation des personnes?
Les mesures d’accompagnement éliminent en principe des possibilités d’abus. Ces mesures ont fait leurs preuves. De plus, l’efficacité et l’application des mesures d’accompagnement ont été améliorées par l’extension de la libre circulation vers les pays qui ont adhéré à l’UE en 2004 et en 2012. Cependant, il est important d’appliquer de manière conséquente les mesures existantes. Swissmem considère une réglementation supplémentaire du marché du travail comme inutile. Pour Swissmen, rendre les entreprises responsables des actions des sous-traitants est exagérée.