Page d'accueil Actualités Travaux de maturité dans l’industrie MEM: contacts précieux avec les écoles…
Interlocuteur  Swissmem Swissmem
+41 44 384 41 11 +41 44 384 41 11 infonoSpam@swissmem.ch
Partager

Travaux de maturité dans l’industrie MEM: contacts précieux avec les écoles moyennes

Un projet pilote destiné à établir des contacts entre l’industrie MEM et les écoles moyennes a porté ses premiers fruits. Dans le cadre de leurs travaux de maturité, des collégiens des sciences naturelles et mathématiques ont eu la possibilité de se rendre dans une entreprise membre Swissmem et d’acquérir des connaissances précieuses leur permettant d’obtenir des résultats directement applicables – une base importante pour des contacts durables entre l’industrie et les écoles.

Pour terminer leurs études aux gymnases, les collégiens sont à la recherche d’un thème pour leur travail de maturité, ce qui n’est pas toujours évident! Pourquoi donc ne pas leur donner du soutien de la part de l’industrie, de leur proposer des thèmes intéressants – et en même temps établir le contact avec ces jeunes gens qui viennent apprendre plus sur votre entreprise et qui vont certainement parler de leurs expériences faites chez vous?

En automne 2011, Swissmem a lancé un projet pilote avec le concours de la « Alte Kantonsschule Aarau » et a établi le contact avec quelques entreprises membres intéressées de la région. Les thèmes présentés en février 2012 n’ont pas intéressés de la même façon tous les collégiens. Cependant, trois d’entre eux se sont lancés dans l’expérience avec l’entreprise Ferrum AG. 

Deux collégiennes ont examiné la concentration d’oxygène après la mise sous vide et d’azote du lait en poudre lors du scellement des boîtes de conserve. Elles ont été instruites dans le fonctionnement de l’installation d’essai et dans la méthodique de mesure (travail d’accompagnement peu élevé pour l’entreprise), se sont intensivement familiarisées avec le thème et ont eu la possibilité d’effectuer individuellement des séries d’essais sur différents produits aux paramètres différents, d’évaluer et d’interpréter les données et de vérifier si les hypothèses du travail étaient justes. Tout en passant, les collégiennes ont obtenu une impression précieuse du travail quotidien dans une entreprise de production MEM. 

Le collégien pour sa part a choisi une autre approche et a appris les langues de programmation SQL et Java. Après un accompagnement et une introduction d’une semaine chez Ferrum AG, il a travaillé de manière pratiquement autonome. Son travail consistait à élaborer une solution de logiciel permettant de présenter en détail des fichiers de textes (processus interactif), que Ferrum AG reçoit de ses machines en service dans le monde entier, d’élaborer une banque de données SQL, de présenter les données saisies (application Java) et d’en établir l’accès via une surface graphique. L’utilisateur va alors pouvoir profiter des paramètres produits par les machines en forme de tabelles, activer des fonctions supplémentaires et traiter les données. Et ce qui en plus est une grande satisfaction pour le futur informaticien: l’entreprise travaille déjà dans l’implémentation de son système!

Ces exemples démontrent que les efforts ont été bénéfiques à tous: les collégiens ont beaucoup appris et ont découvert un environnement qui leur était inconnu jusqu’ici et ils ne peuvent que recommander ce genre de travail de maturité. Ils ont tous particulièrement apprécié le lien direct avec la pratique. L’école est heureuse de ce nouveau contact avec une entreprise industrielle de la région, car elle est également à la recherche de places de stage pour ses diplômés des sciences naturelles et mathématiques. Et pour les responsables de Ferrum AG le compte y est également: la faible charge de travail pour l’accompagnement vaut la peine car l’entreprise est intéressée à recruter des jeunes personnes qualifiées, elle recherche le contact vers l’extérieur et profite directement des résultats réalisables. Une véritable situation Win-win-win – à recommander! Par conséquent, Swissmem a l’intention de poursuivre ce projet pilote et souhaite beaucoup de succès à la future ingénieure, à l’étudiante en sciences alimentaires et à l’étudiant en informatique pour leurs études à l’EPF Zurich.