Hintergrundbild_FRA.png

Non à la 13e rente AVS

Page d’accueil Engagement Politique Non à la 13e rente AVS

Coûts supplémentaires de plusieurs milliards : Swissmem rejette l’initiative pour une 13e rente AVS

Le 3 mars 2024, le souverain suisse devra se prononcer sur l’initiative pour une 13e rente AVS. Cette dernière prévoit une augmentation de la rente AVS de 8,3% pour toutes les personnes retraitées. Aujourd’hui déjà, il se dessine que l’assurance-vieillesse et survivants (AVS) se dirige vers un déficit financier de plusieurs milliards. L’extennsion de l’AVS exigée par l’initiative ferait augmenter les coûts supplémentaires encore plus tôt et de manière plus significative : nous serions obligés de compenser des coûts supplémentaires de 4,3 milliards de francs déjà dès 2026, ce qui n’est pas acceptable. Swissmem s’engage en faveur d’une stabilisation durable des retraites et rejette le projet.


MOINS pour tous ?! Découvrez dans notre série de vidéos pourquoi la Suisse devrait dire NON à la 13e rente AVS le 3 mars :

Le 3 mars 2024, le souverain suisse devra se prononcer sur l’initiative pour une 13e rente AVS. Cette dernière prévoit une augmentation de la rente AVS de 8,3% pour toutes les personnes retraitées. Aujourd’hui déjà, il se dessine que l’assurance-vieillesse et survivants (AVS) se dirige vers un déficit financier de plusieurs milliards. L’extennsion de l’AVS exigée par l’initiative ferait augmenter les coûts supplémentaires encore plus tôt et de manière plus significative : nous serions obligés de compenser des coûts supplémentaires de 4,3 milliards de francs déjà dès 2026, ce qui n’est pas acceptable. Swissmem s’engage en faveur d’une stabilisation durable des retraites et rejette le projet.

Les conséquences négatives de l’extension de l’AVS exigée par l’initiative toucheraient immédiatement la majorité de la population suisse en raison de l’augmentation de la TVA et des contributions salariales. L’acceptation de l’initiative aurait pour cause une hausse des prix des biens de consommation et des prestations de services ou une diminution des salaires des employés. Finalement, pour les citoyens, l’acceptation de l’initiative signifierait qu’ils auraient moins d’argent dans leur portefeuille. En plus de cela, les entreprises de l’industrie tech devraient compenser des coûts encore plus élevés.

Le Conseil fédéral et le parlement rejettent cette initiative. Il s’agit maintenant de stabiliser les finances de l’AVS le plus rapidement possible pour assurer la retraite des générations futures. L’initiative anéantirait tout effort dans cette direction et augmenterait encore la dette de l’AVS tout en occasionnant des coûts énormes pour tous. Vous en apprendrez plus à ce sujet sur le site Internet de la campagne de l'économie.

C'est pourquoi les représentants de l'industrie tech suisse disent NON à la 13e rente AVS le 3 mars :

Les arguments majeurs contre une 13e rente AVS :

1) L’initiative occasionne des coûts de plusieurs milliards

Le fait que la moyenne d’âge en Suisse ne cesse d’augmenter a pour conséquence que l’AVS n’aura plus d’argent d’ici 2030 sans autres mesures. Nous avons donc besoin immédiatement de mesures de réforme. Cependant, l’initiative pour une 13e rente AVS prend exactement la voie contraire et occasionne des coûts supplémentaires de plusieurs milliards.

2)L’initiative affaiblit le pouvoir d’achat

Pour financer une extension de l’AVS, nous devrions augmenter la TVA ou les contributions salariales de manière significative. Nous ferions tous les frais de cette initiative des syndicats. C’est en particulier la classe moyenne qui est touchée. De plus, l’industrie tech, qui se trouve en phase de récession, devrait faire face à des coûts encore plus élevés.

3) Ceux qui en ont le moins besoin en profitent

L’initiative est injuste et asociale. Le supplément AVS est distribué selon le principe de l’arrosoir. Les personnes qui bénéficient déjà d’une rente élevée recevraient le supplément le plus élevé.

Cet article, vaut-il la peine d'être lu ?

Autres thèmes

Dernière mise à jour: 05.01.2024