Page d'accueil Actualités Richard Weber : Le marché offre un grand potentiel
Interlocuteur  Sarah Fuchs Sarah Fuchs
Cheffe de secteur
+41 44 384 48 53 +41 44 384 48 53 s.fuchsnoSpam@swissmem.ch
Partager

Richard Weber : Le marché offre un grand potentiel

Le 7 mars prochain, le peuple suisse sera appelé à se prononcer sur l’accord de libre-échange avec l’Indonésie. « Nous avons l’occasion unique d’ouvrir la porte pour notre entreprise au marché indonésien », explique Richard Weber, CEO de REGO-FIX SA à Tenniken (BL).

En 2018, la Suisse, en tant que membre de l’AELE et l’Indonésie, ont signé un accord de partenariat économique important. Il abolit les droits de douane et autres entraves techniques au commerce, protège la propriété intellectuelle et contient un chapitre consacré à la durabilité avec des obligations contraignantes.

Aussi bien les grandes entreprises suisses que les PME ainsi que les fournisseurs profitent de cet accord. L’Indonésie en profite également. Le pays aura accès à la technologie innovante suisse. Cette dernière possède le potentiel pour améliorer durablement la qualité de vie et protéger l’environnement.

Cependant, l’affaire n’est pas encore bouclée. Les milieux gauche-verts et agricoles ont lancé le référendum contre l’accord de libre-échange. Le 7 mars 2021 le peuple suisse sera appelé à se prononcer sur cet accord. Dans une interview avec le magazine « Standpunkt », Richard Weber, CEO de REGO-FIX SA à Tenniken, explique de quelle manière la Suisse et l’Indonésie profitent de l’accord de libre-échange.

Monsieur Weber, la société REGO-FIX SA livre à partir de Tenniken dans le monde entier des systèmes de serrage d’outils innovateur haut de gamme. Quel rôle l’Indonésie joue-t-elle pour votre entreprise ?

Richard Weber : Avec ses 265 millions de consommateurs, sa classe moyenne en pleine croissance et ses conditions politiques stables, l’Indonésie est un marché cible intéressant pour REGO-FIX SA depuis plusieurs années. Nous travaillons sur place avec des collaborateurs expatriés et des partenaires de distribution dans le but d’exporter nos produits vers l’Indonésie. Je suis persuadé que le marché indonésien nous offre, à nous et à d’autres entreprises suisses, un potentiel considérable. Et, son importance va encore augmenter. Selon des experts, l’Indonésie sera d’ici 2050 le quatrième marché de vente le plus important du monde.

Selon des experts, l’Indonésie sera d’ici 2050 le quatrième marché de vente le plus important du monde.

REGO-FIX SA exporte aujourd’hui déjà ses produits avec succès vers l’Indonésie. Pourquoi avons-nous besoin de cet accord de libre-échange ?

L’Indonésie protège son marché avec des droits de douane élevés. Pour les biens industriels, ces derniers s’élèvent à 8%. Les droits de douane élevés ainsi que le fait que le dédouanement prend beaucoup de temps, constituent pour nous un obstacle de taille. À cet égard, le libre-échange avec l’Indonésie offre enfin une solution idéale. Ainsi, 98% des exportations suisses seront exonérées de droits de douane. Ceci permettra aux entreprises en Suisse d’économiser CHF 25 millions par an, ce qui est beaucoup d’argent. S’ajoute à cela l’élimination de nombreux accords non-tarifaires, ce qui facilitera pour les entreprises suisses l’accès au marché indonésien en forte croissance et leur confèrera un avantage important face à leur concurrence directe de l’UE et des USA, qui ne disposent pas d’accord de libre-échange avec l’Indonésie.

L’accord de libre-échange confère aux entreprises suisses un avantage décisif par rapport à leur concurrence de l’UE et des USA.

Pour les entreprises suisses, l’accord de partenariat commercial en question est un bénéfice. Mais dans quelle mesure l’Indonésie profite-t-elle de l’accord de libre-échange ?

L’accord de libre-échange n’est pas une voie à sens unique mais une situation win-win. Tant pour la Suisse que pour l’Indonésie. L’accord ouvre également à l’économie indonésienne de nouvelles opportunités et contribue donc à la croissance et à plus de prospérité. En outre, les appareils, machines et installations fabriqués en Suisse sont efficaces, écologiques du point de vue des émissions et des ressources. Grâce à l’accord de libre-échange, ces produits sont plus abordables pour l’Indonésie, ce dont profitent les hommes et l’environnement dans ce pays. L’accord renforce durablement le développement économique, social et écologique de l’Indonésie.

Les opposants à l’accord de libre-échange avec l’Indonésie justifient leurs critiques par des préoccupations environnementales et l’exploitation de l’huile de palme. Qu’en pensez-vous ?

La Suisse et l’Indonésie ont intégrés dans cet accord un chapitre sur le développement durable comprenant des obligations contraignantes, consacré principalement à l’huile de palme. L’accord offre aux producteurs indonésiens une forte incitation à produire de l’huile de palme à des conditions durables. Les critiques le nient. L’accord de libre-échange ne doit en aucun cas servir de bouc émissaire car l’isolement n’est d’aucune utilité ni pour l’environnement ni pour la population en Indonésie.  Par contre, le libre-échange de marchandises et de services encourage un développement durable dont profitent tous.

En conclusion : Pourquoi donc pensez-vous que les citoyens suisses auraient intérêt à approuver l’accord de partenariat commercial avec l’Indonésie le 7 mars ?

En tant que nation exportatrice, la Suisse dépend d’un accès sans obstacles aux marchés étrangers. Le 7 mars, nous aurons l’occasion unique d’ouvrir la porte au marché indonésien à nos entreprises. Une opportunité que nous devrions saisir. Pour beaucoup d’entreprises elle vient au bon moment. L’accord de libre-échange contribue à la reprise de la Suisse après le choc du corona et confère une bonne perspective. Saisissons cette occasion et disons « oui » à l’accord de libre-échange avec l’Indonésie, l’un des marchés d’avenir les plus prometteurs.

L’interiew a d’abord été publiée dans le magazine Standpunkt der Wirtschaft de l’Union des arts et métiers de Bâle-Campagne.

Cet article, vaut-il la peine d'être lu ?

Articles associés