Page d'accueil Actualités Peter Spuhler : des opportunités prometteuses pour les entreprises suisses
Interlocuteur  Sarah Fuchs Sarah Fuchs
Cheffe de secteur
+41 44 384 48 53 +41 44 384 48 53 s.fuchsnoSpam@swissmem.ch
Partager

Peter Spuhler : des opportunités prometteuses pour les entreprises suisses

Le 7 mars 2021, le souverain suisse sera appelé à se prononcer sur un accord de partenariat économique global avec l’Indonésie. La votation est d’une grande importance : en cas d’échec de la votation, non seulement l’accès privilégié au marché indonésien sera refusé, mais les accords de libre-échange en général seront remis en question. La IHK St.Gallen-Appenzell s’est entretenue avec Peter Spuhler, président du conseil d’administration et CEO ad interim de Stadler Rail SA, sur le libre-échange en général, le marché d’avenir que représente l’Indonésie et sur l’accord de libre-échange.

Monsieur Spuhler, quelle est l’importance des accords de libre-échange pour la Suisse ?

Sur le marché mondial, les entreprises suisses s’imposent avec beaucoup de succès. Pour que cela le reste à l’avenir, elles dépendent du meilleur accès possible aux marchés étrangers. C’est dans ce contexte que le rôle des accords de libre-échange est déterminant. Ils constituent un pilier important de la politique économique extérieure de la Suisse - surtout en période de protectionnisme croissant, de conflits commerciaux internationaux et d’une Organisation mondiale du commerce affaiblie.

Le 7 mars, nous serons appelés à voter sur un accord de partenariat économique global avec l’Indonésie. Dans quelle mesure l’état insulaire asiatique est-il un marché cible intéressant pour Stadler ?

L’Indonésie s’est transformée d’un des pays en développement les plus pauvres du monde en une économie émergente prospère. Grâce aussi au commerce. Et rien ne laisse penser que cette tendance ne ralentisse dans un avenir proche - cela dépend évidemment aussi de l’évolution de la pandémie du corona. Les experts estiment que le pays deviendra la quatrième économie mondiale d’ici 2050. L’Indonésie compte aujourd’hui 267 millions d’habitants. La classe moyenne prospère. En même temps, le gouvernement indonésien est confronté à d’importants défis. L’infrastructure du pays, par exemple, est considérée comme dépassée. Le désir de consommer de la nouvelle classe moyenne ainsi que le grand besoin d’investissements dans les biens publics ouvrent des perspectives prometteuses aux entreprises suisses - notamment aussi à Stadler.

Votre entreprise est-elle déjà engagée en Indonésie ?

Stadler et le fabricant indonésien de véhicules ferroviaires PT INKA ont signé un accord de partenariat commercial en septembre 2019. Ce partenariat prévoit de développer et de construire des véhicules ferroviaires à l’aide de la technique aluminium des plus modernes sur le site de production à Banjuwangi. Pour nous, cela a été une étape importante. Un nouveau site de production en Indonésie crée les meilleures conditions possibles pour nous engager à long terme dans la région.

Quels sont les avantages concrets pour Stadler du présent accord ?

L’accord nous garantit d’exporter sans obstacles des produits préliminaires pour la production de véhicules ferroviaires vers l’Indonésie. L’importation de machines et d’installations indispensables pour la mise en place d’une infrastructure de production locale sera également exonérée de droits de douane.

Toutefois, les avantages vont bien au-delà des réductions tarifaires. L’accord facilite également le transfert de la propriété intellectuelle et des technologies et donne une sécurité d’investissement. Étant donné que ni l’UE ni les États-Unis n’ont conclu un tel accord avec l’Indonésie, les entreprises suisses bénéficieront d’un avantage concurrentiel considérable.

Pour les entreprises suisses, l’accord de partenariat économique en question représente un véritable bénéfice. Dans quelle mesure l’Indonésie en profite-t-elle ?

L’accord de libre-échange est une situation win-win pour tous les pays concernés, sans quoi l’Indonésie n’aurait certainement pas accepté un tel accord. Ce dernier offre également de nouvelles perspectives à l’économie indonésienne et contribue ainsi à la croissance et à une plus grande prospérité. Les avantages de l’accord ne se limitent pas aux aspects économiques. La technologie suisse a le potentiel d’améliorer considérablement la vie des gens en Indonésie. Les exemples ne manquent pas. Par exemple, dans le secteur médical, dans l’industrie de l’énergie - ou dans la technologie des transports.

L’interview a été publiée pour la première fois dans le magazine IHKfacts de la Chambre de commerce et d’industrie de Saint-Gall et d’Appenzell.

Cet article, vaut-il la peine d'être lu ?

Articles associés