Page d'accueil Actualités Les jeunes gens ayant un handicap aussi doivent avoir une chance
Interlocuteur  Swissmem Swissmem
+41 44 384 41 11 +41 44 384 41 11 infonoSpam@swissmem.ch
Partager

Les jeunes gens ayant un handicap aussi doivent avoir une chance

L’intégration dans le marché du travail de personnes ayant un handicap devient de plus en plus un thème. L’entreprise membre de Swissmem Soudronic AG à Bergdietikon donne aux jeunes gens ayant un handicap la possibilité de faire un apprentissage et fait ainsi de bonnes expériences.

La mutation démographique de ces prochaines années nous contraint à mieux utiliser le potentiel existant de main d’œuvre, dont font aussi partie les personnes handicapées. Alors qu’en 2015 Compasso a développé de nouveaux instruments surtout dans le domaine de la détection précoce et de l’intégration pour atteindre cet objectif, l’effort principal est mis en 2016 dans le domaine de la réintégration professionnelle. Compasso se fixe comme but de promouvoir activement la réintégration professionnelle dans le premier marché du travail et de mettre à la disposition des employeurs tous les instruments, informations et adresses de contact nécessaires. A cet effet, Compasso entend impliquer tous les partenaires compétents du point de vue des employeurs pour une réintégration professionnelle et développer en commun de nouveaux projets et solutions. Dans le cadre de ces efforts Swissmem, en collaboration avec la fondation Profil Arbeit&Handicap, a organisé une série de manifestations sur le thème « Intégration professionnelle de personnes ayant un handicap de santé ». Il s’agissait en premier lieu de montrer à l’aide d’exemples concrets tirés de la pratique comment une intégration professionnelle peut être réalisée dans la pratique.

Une véritable chance pour l’entrée dans la vie professionnelle – cela doit aussi être valable pour des jeunes gens ayant un handicap de santé ou social. L’apprentissage est la colonne vertébrale de l’économie suisse et les chefs d’entreprises ont un grand intérêt à former et à promouvoir suffisamment d’apprentis bien qualifiés. Pour des jeunes gens ayant un handicap de santé (maladie psychique, faiblesse intellectuelle, TDAH) même la recherche d’une place d’apprentissage, outre la formation professionnelle, peut devenir une difficile course d’obstacles. Afin de l’éviter, l’AI offre en commun avec des institutions telles que la fondation Profil un soutien par un « Job Coach ». En profitent aussi, outre les apprentis, les entreprises formatrices et les formateurs. Dans le cadre de la manifestation « Les jeunes gens ayant un handicap de santé aussi ont droit à une chance loyale ! », l’entreprise Soudronic à Bergdietikon a montré de façon impressionnante comment ces jeunes gens peuvent entrer avec succès dans le 1er marché du travail après l’apprentissage.

Soudronic est le leader mondial dans la fabrication de machines et installations pour l’industrie de l’emballage métallique. Sur son site de Bergdietikon, cette société occupe environ 300 collaborateurs et plus de 40 apprentis et offre des apprentissages d’automaticiens, électroniciens, polymécaniciens, informaticiens, logisticiens et employés de commerce. L’encouragement de la relève est depuis de nombreuses années une tâche importante de Soudronic AG. Il est dû à une initiative de Madame Brenda Haas, directrice des ressources humaines, que Soudronic donne chaque année à des jeunes gens handicapés aussi la possibilité de faire un apprentissage. Cela fait partie de la responsabilité sociale d’une entreprise de cette taille, déclare-t-elle, en ajoutant qu’elle a toujours eu des échos positifs de collaborateurs, d’entreprises et d’institutions, et que cela a eu aussi des effets très positifs au cours des années sur la réputation de Soudronic sur le marché du travail. Ce n’est pas sans raison que cette société s’est vu décerner en 2015 le « Swiss Arbeitgeber Award » en tant que meilleur employeur dans la catégorie entreprises de taille moyenne.

Il est important pour l’intégration de ces apprentis handicapés, explique Madame Haas, qu’ils n’aient pas dans la division des apprentis un « traitement particulier » et qu’ils soient mis à égalité avec les autres apprentis. Nos apprentis ont un sentiment de solidarité élevé, passent tous leurs pauses ensemble, organisent des manifestations et des excursions et apprennent en commun. Il n’y a absolument aucune appréhension et cela permet aussi à nos apprentis handicapés de s’intégrer au mieux dans le groupe des apprentis. Les meilleures conditions sont ainsi créées pour que ces apprentis aussi terminent avec succès leur apprentissage.

Pour toute question Monsieur Claudio Haufgartner, chef de secteur Politique patronale (044 384 42 26 ou c.haufgartnernoSpam@swissmem.ch) se tient volontiers à votre disposition.

Articles associés